Les Thai Sticks : c’est quoi et comment en confectionner un ?

What Are Thai Sticks And How Do You Make Them? - WeedSeedShop

Le Thai Stick est peut-être le joint le plus puissant du monde entier. Originaire de Thaïlande comme le nom le suggère, il a été ramené en Occident par des soldats américains à la fin de la guerre du Vietnam. Cet article révèle son histoire et explique comment en confectionner un.

En y réfléchissant, peu de choses ont changé au sujet du cannabis depuis environ… quatre millénaires. D’accord, nous disposons à présent de la technologie pour extraire les cannabinoïdes, les transformer en huile, et il est possible de consommer du cannabis sans jamais investir dans des feuilles à rouler, même si la plupart d’entre nous continuent de s’adonner à l’art indémodable du roulage de pétard.

Alors, de quoi s’agit-il ? Des bangs, des vapos, des blunts, des comestibles… La planète weed explore toutes les façons de débloquer le potentiel de cette fleur que nous aimons tant. Nous allons probablement continuer à trouver de nouvelles méthodes pour ce faire. Si 4000 ans après sa première mention, nous continuons à innover, peut-être cela ne finir a-t-il jamais. Les Thai Sticks sont tout simplement une de ces façons de profiter des plaisirs du cannabis.

Pas de surprise : ça vient de Thaïlande

Le Thai Stick : son histoire et comment en faire un

On aurait pu s’en douter. On ne sait pas vraiment quand les Thai Sticks ont été inventés. Il est très probable qu’ils existaient bien avant que l’Occident ne l’apprenne, puisque ce sont les soldats américains qui les ont découverts pendant la guerre du Vietnam.

Les GI ont consommé de nombreuses drogues pendant cette guerre. C’était un moyen d’en oublier les horreurs, et on était en pleine contre-culture après tout. Au programme : LSD, opium… et cannabis ! A leur retour, ils ont fait part de leur découverte de cette forme surpuissante de joint.

Il y a beaucoup de spéculations sur ce qui a rendu le Thai Stick si spécial à l’époque. Était-il trempé dans de l’huile de haschich ou même de l’opium ? Était-ce les mélanges entre diverses variétés poussant dans cette partie du monde à l’époque qui le rendait si fort ? Nous ne saurons jamais vraiment.

Il n’y a pas beaucoup de gens qui croient que les Thai Sticks modernes ont grand-chose à voir avec l’original. Mais néanmoins, on peut tenter de les reproduire – et nous allons te révéler comment.

De quoi s’agit-il exactement ?

Après ce cours d’histoire, tu demandes toujours ce que peut bien être le Thai Stick ! Pour le dire simplement, c’est un kebab cannabique : imagine des têtes de weed embrochées sur une tige, un bâton, une baguette. Le résultat ressemble beaucoup à un joint qui n’a pas été roulé.

Le “stick” est ensuite enveloppé dans des fibres provenant de la plante de cannabis pour maintenir le tout ensemble, séché et curé pour une consommation ultérieure. Comme nous l’avons expliqué, il y a des rumeurs selon lesquelles c’était jadis trempé dans de l’huile de haschich ou même de l’opium pour donner un coup de fouet supplémentaire. Pour l’huile c’est toujours possible, mais sa version moderne n’est probablement pas trempée dans l’opium, même si on l’achète en Thaïlande !

Le produit final est un énorme morceau d’herbe à fumer, le genre qu’on partage entre amis, à moins de vouloir se faire un gros kif. Défonce d’anthologie garantie ! Alors, ça te donne pas envie de faire les tiens ?

Comment confectionner un Thai Stick

Le Thai Stick : son histoire et comment en faire un

Pour réaliser le meilleur Thai Stick possible, il est généralement préférable de cultiver son propre cannabis, ou de connaître quelqu’un qui cultive. Les bourgeons ne suffisent en effet pas.

En outre, il faut aussi faire preuve de patience. Même en ayant le matos, ne t’attends pas à pouvoir t’en griller un cinq minutes après la lecture de cet article !

Il te faudra :

  • Quelques têtes de bonne weed séchée. Tu peux même mélanger les souches
  • Une tige d’une plante de cannabis., ou alors du bâton de bambou ou une baguette ou tout autre type de brochette
  • De la corde de chanvre
  • De l’huile de haschich
  • Quelques feuilles fraîchement cueillies sur une plante de cannabis en train de pousser
  • Du papier sulfurisé

La méthode :

  1. Commence par choisir les bourgeons les plus fins de ta sélection. Des plus denses fonctionneront bien, mais il sera plus difficile de tirer sur le joint.
  2. Trempe ton bâton ou ta tige dans de l’huile de haschich. Cela le rendra suffisamment collant pour que les bourgeons se fixent facilement dessus.
  3. Maintenant attache soigneusement les têtes au stick. Tu peux les maintenir pendant que tu les sécurises avec de la corde de chanvre. Au final, le bâton entier devrait être couvert de bourgeons qui sont fixés avec toute la corde de chanvre.
  4. Enveloppe le stick dans du papier sulfurisé et mets-le au réfrigérateur. En quelques jours, il se sera solidifié.
  5. Retire le bâton de ton réfrigérateur, déballe le papier et retire très soigneusement la ficelle de chanvre. Si tu as utilisé suffisamment d’huile dans la première étape, les bourgeons devraient rester collés. Si tu n’en as pas assez utilisé, ils pourraient tomber – et il faudra recommencer depuis le début.
  6. Maintenant, tu dois donner à ton stick une légère couche supplémentaire d’huile de haschich. Enveloppe le tout dans des feuilles de cannabis fraîches.
  7. Techniquement, c’est à faire trois fois pour un total de trois couches de feuilles. Tu peux laisser sécher et rajouter des feuilles. Mais tu peux tout faire en un jour. Donc, pour la deuxième et la troisième couche de feuilles, ajoute une autre couche fine d’huile entre les deux pour que l’ensemble reste bien collé.
  8. Enveloppe le tout dans du papier sulfurisé et mets-le sur une poêle chaude pendant environ une minute. Cela réchauffe l’huile de haschich, la laisse pénétrer le papier et les bourgeons et scelle le mélange.
  9. Emballe à nouveau dans de la ficelle de chanvre et remets au réfrigérateur pour faire sécher. Notons que certains experts thaïlandais disent que le processus de durcissement devrait se dérouler sous terre. Oui, cela signifie de mettre le stick dans un sac en plastique et de l’enterrer pendant un mois. On comprendra que tu aies la flemme et hâte de fumer. Mais quelques jours au réfrigérateur sont indispensables.
  10. Déballe bien la ficelle de chanvre avant de fumer ton Thai Stick. Selon la méthode et l’application, le processus complet prend entre une semaine et un mois.

La confection des Thai Stick est un art, et les premiers essais peuvent être décevants. Mais tu nous remercieras quand tu pourras allumer ce bâton du destin ! Bon courage et dis-nous en des nouvelles !

Comments

2 réflexions sur “Les Thai Sticks : c’est quoi et comment en confectionner un ?”

  1. Vous êtes a côté de vos pompes.
    En plus vous mélangés thaïe stick et bouddha grass…
    Les frigos sont nouveau en Thaïlande… C’est juste la qualité du produit et le savoir faire d’années de patiences pour arrivé a ce résultat.
    Les années 1970/80 étaient encore les grandes époques des aventuriers baba fumeurs qui ramenaient la qualité au pays, rien a voir avec ce que les jeunes d’aujourd’hui croient être de la qualité…
    A bon entendeur… Salut les bos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Author_profiles-WSS-Sera Jane Ghaly

    Sera Jane Ghaly

    Si je devais me décrire en quelques mots, je dirais que je suis une nomade assoiffée d’aventure. Née à Melbourne en Australie, j’ai vécu de nombreuses renaissances aux quatre coins du monde. Je suis positivement obsédée par les mots et les langues, et je m’en sers pour naviguer au travers des multiples dimensions de l’expérience humaine. Mon intérêt pour le cannabis a commencé aux États-Unis, et depuis je parcours le monde avec l’herbe comme boussole et source d’inspiration. La douce Marie-Jeanne m’a conduite de cérémonies shamaniques dans la forêt amazonienne en rituels enfumés avec des Babas en Inde. Je rêve de fumer un joint avec le podcasteur américain Joe Rogan !
    En savoir plus
Retour haut de page