Qu’est-ce que la gueule de bois cannabique ?

Une énorme controverse entoure la gueule de bois cannabique et si elle existe vraiment ou non. Assurément, les seules personnes qui disent qu’une gueule de bois n’est pas réelle sont celles qui s’y sont totalement habituées ! Si tu veux apprendre quels sont les symptômes et comment les gérer, toutes les infos sont dans cet article.

Une gueule de bois cannabique ? Mais c’est à cause de la gueule de bois raison que j’ai arrêté de boire! Hélas, le cannabis n’est pas en toute chose une exception à la règle. Si on en fume trop, il peut absolument provoquer une gueule de bois… Une gueule de weed pourrait-on dire, peut-être ? Certains stoners n’y croient pas, mais on peut supposer que c’est juste parce qu’ils sont habitués aux symptômes.

En tout cas, il existe des études à ce sujet. Oui, certains scientifiques fous veulent connaître la vérité sur l’effet résiduel de l’usage du cannabis. Alors, il est temps de mettre les choses au clair. Il existe certainement une gueule de bois cannabique, et voici quelques-uns des signes qui l’accompagnent !

De quoi s’agit-il exactement ?

La recherche sur la gueule de bois cannabique

Ce que nous pouvons déduire de la recherche très lacunaire sur le sujet est qu’elle a probablement quelque chose à voir avec l’abus de la substance, tout comme dans le cas de l’alcool. La plus grande étude a été menée en 1985. Il n’y avait que 13 sujets au total, et ils ont été testés avec du cannabis contenant moins de 3% de THC. Comme tu peux l’imaginer, ce n’était pas tout à fait le niveau de THC auquel nous sommes habitués aujourd’hui.

Les sujets ont dû accomplir plusieurs tâches différentes, du test de mémoire au tri de cartes. Ils ont répété ces exercices le lendemain, et les chercheurs ont remarqué que dans le groupe de personnes qui avait consommé du cannabis (par rapport à ceux qui avaient reçu un placebo), il y avait un effet résiduel significatif ! Les sujets testés n’arrivaient manifestement pas à faire les choses aussi bien que la veille.

En vérité, nous n’avons pas vraiment besoin de la recherche scientifique pour prouver l’existence d’une gueule de bois. Si tu as déjà passé la nuit à hotboxing avec des amis, tu sais que c’est une réalité. Les symptômes sont indéniables. Et malheureusement, il semble qu’il n’y ait pas de véritable moyen de les éviter, sauf éviter de se défoncer trop intensément en premier lieu.

La gueule de bois cannabique n’est PAS provoquée par la déshydratation

Une idée fausse assez commune est que la gueule de bois cannabique est provoquée par la déshydratation. Bien que ce soit le cas avec l’alcool, le cannabis ne déshydrate pas le corps. Avoir la bouche sèche n’est pas un symptôme de déshydratation. La pâteuse est provoquée par les molécules de THC se liant aux zones de la bouche qui produisent la salive. Cette liaison empêche momentanément ces zones de produire de la salive, et on se retrouve avec la pâteuse.

Elle est plus commune avec les comestibles

Ce que les anecdotes récoltées semblent suggérer, c’est que la gueule de bois cannabique est beaucoup plus fréquente après l’ingestion de cannabis comestible que dans le cadre de la fumette. Cela peut s’expliquer par la longueur des effets. La gueule de bois cannabique serait dans ce cas le simple fait de se réveiller encore défoncé, une sensation fort peu agréable à n’en pas douter !

Les produits comestibles ont généralement un effet plus durable que les joints, et il est tout à fait logique qu’ils puissent durer jusqu’au lendemain – surtout si on en abuse cannabisbrouwnies. La seule solution dans ce cas : une douche froide !

Quels sont les symptômes de la gueule de bois cannabique ?

1. Les yeux rouges

Qu'est-ce que la gueule de bois cannabique ?

Les amateurs de cannabis ont l’habitude d’avoir les yeux rouges immédiatement après avoir fumé. Pour la plupart d’entre nous, une douche et une bonne nuit de sommeil suffisent à les faire disparaître. Mais pour certains, ça persiste. C’est dommage pour ceux qui doivent affronter les yeux rouges jusqu’au lendemain ! Cela rend presque impossible de cacher les détails de la nuit précédente à son patron. Remercie Jah pour les gouttes pour les yeux, et fume moins la prochaine fois !

2. Les maux de tête

Qu'est-ce que la gueule de bois cannabique ?

Bien que ce ne soit pas aussi commun que les yeux rouges, certains éprouvent des maux de tête. Il faut admettre que fumer beaucoup est probablement un peu violent pour le crâne. L’inhalation de la fumée du cannabis pendant quelques heures – plus que de l’oxygène – pourrait déranger le cerveau. La petite migraine du lendemain est le prix à payer.

3. Les poumons du cancéreux

Ce symptôme affectera particulièrement ceux qui ne fument que rarement. Si le cercle de fumette fait une soirée bang, la gueule de bois se caractérisera par des douleurs au niveau du torse. Fumer est violent pour les poumons. Si les fumeurs réguliers peuvent ignorer ce symptômes, les personnes plus habituées aux cookies ou au vaporisateur risquent de souffrir le lendemain !

Bien sûr, si tu remarques qu’après une grosse douille ton nez est complètement bloqué et que tes poumons te punissent, tu peux toujours passer à des produits comestibles ou à un vaporisateur. Cela ne signifie pas que tu éviteras une gueule de bois cannabique, mais tes poumons seront certainement reconnaissants !

4. Le retard mental momentané

Probablement le symptôme le plus commun d’une gueule de bois cannabique, et sans doute le pire. C’est comme si tu devais passer la moitié du jour suivant à récupérer la moitié de ton cerveau. Les tâches ordinaires semblent soudainement très complexes, tu oublies où sont les objets du quotidien, et tu vendrais tes parents pour retourner dans ton lit.

En raison de cet effet très désagréable, il vaut mieux ne pas trop fumer la veille d’une réunion importante ou d’un examen.

Regardons les choses en face : l’expérience peut être du genre à dégoûter à jamais du cannabis. Tout est deux fois plus difficile et nécessite deux fois plus d’énergie. Une tasse de café et une douche froide, voilà la prescription du docteur.

La meilleure façon de guérir la gueule de bois cannabique…

… serait simplement de fumer à nouveau ? Je me souviens d’avoir entendu cela au sujet de l’alcool : le meilleur moyen d’éviter la gueule de bois est de rester saoul. La même chose pourrait être vraie pour le cannabis, mais tu n’as pas envie d’être perpétuellement défoncé, non ? En plus, ce n’est même pas vraiment efficace et ça retardera juste la gueule de bois de quelques heures. La meilleure façon de guérir la gueule de bois ?  C’est d’attendre, tout simplement ! Hydrate-toi bien, mange un repas équilibré, et laisse ton corps récupérer.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Author_profiles-WSS-Sera Jane Ghaly

    Sera Jane Ghaly

    Si je devais me décrire en quelques mots, je dirais que je suis une nomade assoiffée d’aventure. Née à Melbourne en Australie, j’ai vécu de nombreuses renaissances aux quatre coins du monde. Je suis positivement obsédée par les mots et les langues, et je m’en sers pour naviguer au travers des multiples dimensions de l’expérience humaine. Mon intérêt pour le cannabis a commencé aux États-Unis, et depuis je parcours le monde avec l’herbe comme boussole et source d’inspiration. La douce Marie-Jeanne m’a conduite de cérémonies shamaniques dans la forêt amazonienne en rituels enfumés avec des Babas en Inde. Je rêve de fumer un joint avec le podcasteur américain Joe Rogan !
    En savoir plus
Retour haut de page