La médecine des plantes et l’effet d’entourage

Médecine des plantes et effet d’entourage - WeedSeedShop

De l’ancienne phytothérapie aux produits pharmaceutiques modernes, l’attitude humaine envers la médecine a bien changé. La médecine pharmaceutique a eu ses avantages pour la compréhension scientifique et biologique, mais offre-t-elle le meilleur résultat holistique pour le patient? Cet article explore le cheminement depuis la médecine des plantes vers des composés uniques raffinés et les bienfaits du retour à la première.

Au centre même de la phytothérapie est le concept de « plantes entières ». L’esprit occidental à énormément de mal à le comprendre. On peut supposer que cela est lié au fait que médecine occidentale a suivi le chemin de l’extraction et du raffinage – jusqu’à arriver à « la pilule », concrétisation de cette ambition.

Quand on y pense vraiment, « la pilule » n’existe pas depuis si longtemps. Nous prenons des pilules comme médicaments depuis un peu plus de 100 ans. Avant cela, nos ancêtres pratiquaient naturellement une médecine à base de plantes entières.

Il est peut-être vrai que nous le faisions parce que nous n’avions pas encore la technologie pour extraire et raffiner. Cependant, ce que nous commençons à comprendre, c’est qu’il y avait une sagesse certaine dans le concept de la médecine des plantes.

L’humanité l’a fait avec tout : la fleur de pavot transformée en opium, la feuille de coca en cocaïne et nous avons même transformé la canne à sucre en une pilule granulée très fine. Même le monde du cannabis est séduit par le concept de l’extraction des composants du cannabis, par exemple pour les produits à base de CBD ou les concentrés.

Certains des extraits de cannabis sur le marché atteignent une pureté presque complète (environ 99% de teneur en cannabinoïdes). On est loin du matériau végétal que l’on mettait jadis dans le vin pour le boire ou dans du papier pour le fumer.

Nous avons peut-être ingéré littéralement des microdoses comparativement au type de résultats que nous pouvons obtenir ces jours-ci. Mais comment exactement nous sommes-nous éloignés de la médecine des plantes et pourquoi ? Il est temps de revenir un peu en arrière et d’explorer l’importance d’utiliser toute la plante, et de découvrir la beauté de l’effet d’entourage.

La naissance de la médecine pharmaceutique

 Au centre même de la phytothérapie est le concept de "plantes entières". L'esprit occidental à énormément de mal à le comprendre. On peut supposer que cela est lié au fait que médecine occidentale a suivi le chemin de l'extraction et du raffinage – jusqu'à arriver à "la pilule", concrétisation de cette ambition. Quand on y pense vraiment, "la pilule" n'existe pas depuis si longtemps. Nous prenons des pilules comme médicaments depuis un peu plus de 100 ans. Avant cela, nos ancêtres pratiquaient naturellement une médecine à base de plantes entières. Il est peut-être vrai que nous le faisions parce que nous n'avions pas encore la technologie pour extraire et raffiner. Cependant, ce que nous commençons à comprendre, c'est qu'il y avait une sagesse certaine dans le concept de la médecine des plantes. L’humanité l’a fait avec tout : la fleur de pavot transformée en opium, la feuille de coca en cocaïne et nous avons même transformé la canne à sucre en une pilule granulée très fine. Même le monde du cannabis est séduit par le concept de l'extraction des composants du cannabis, par exemple pour les produits à base de CBD ou les concentrés. Certains des extraits de cannabis sur le marché atteignent une pureté presque complète (environ 99% de teneur en cannabinoïdes). On est loin du matériau végétal que l’on mettait jadis dans le vin pour le boire ou dans du papier pour le fumer. Nous avons peut-être ingéré littéralement des microdoses comparativement au type de résultats que nous pouvons obtenir ces jours-ci. Mais comment exactement nous sommes-nous éloignés de la médecine des plantes et pourquoi ? Il est temps de revenir un peu en arrière et d'explorer l'importance d'utiliser toute la plante, et de découvrir la beauté de l'effet d'entourage. La naissance de la médecine pharmaceutique L'industrie pharmaceutique fut la force première d'une grande partie de l'avancement médical et de la recherche, c'est aussi à cause d’elle que nous avons commencé à raffiner les médicaments pour obtenir leurs composants uniques. La médecine raffinée n'était certainement pas la méthode de nos ancêtres, qui utilisaient des racines, des feuilles, des fleurs et des germes comme médicaments. Même à l'époque de la pharmacopée et des apothicaires du Moyen Age, on prescrivait des herbes et des mélanges de plantes. Quand avons-nous commencé à produire des pilules ? On dit que l'industrie pharmaceutique a démarré lorsque la révolution scientifique du 17ème siècle a rencontré les capacités de production pré-industrielle du 18ème siècle, et les bénéfices financiers possibles ont encore stimulé le processus. Certes, tout cela n'était pas mauvais, bien sûr. La découverte de la pénicilline est probablement l'une des plus importantes de l'histoire médicale. L'avancement de la médecine pharmaceutique est probablement l'une de ces choses qui nous distingue du reste du règne animal. Mais les problèmes que cela cause sont bien réels. La fabrication et la vente de médicaments ont probablement commencé en Allemagne avec Merck, alors une pharmacie, dans les années 1700. Ils ont vendu des alcaloïdes. Puis il y eut Beecham’s Pill, qui a ouvert une usine en 1859 pour la production et la délivrance de brevets en Angleterre. La guerre de Sécession américaine de cette époque a provoqué une forte demande d'antiseptiques et d'analgésiques, et les Allemands n'eurent pas peur de profiter de ce qui se passait là-bas. Ce furent les débuts de Pfizer. Je vais faire court pour le reste (parce que c'est plutôt ennuyeux). L’aspirine est née au début du 20ème siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a développé un système de soins de santé. De là sont venus les règlements sur ce qui pouvait et ne pouvait pas être considéré comme médicament - et c'est là que les choses se sont compliquées. Nous pouvons croire que les systèmes de réglementation de la médecine sont positifs, mais ils ont commencé avec un organe directeur qui décidait de ce qui était ou non utile sur le plan médicinal. C’est le développement d'une économie médicale et d'un système de soins de santé qui a conduit à la recherche scientifique en médecine plus que des preuves anecdotiques de l’efficacité de telle ou telle chose. Bien que cela ait eu des avantages pour notre connaissance pratique de la médecine, cela s’est fait au détriment des patients et des sagesses ancestrales. Les plantes ont été abandonnées en tant que médicaments après l'arrivée d'un système de santé et d'organismes de réglementation. Les gouvernements ont commencé à délégaliser - voire à criminaliser - certaines plantes, comme le cannabis, parce qu'elles étaient considérées dénuées de valeur médicinale. Et cela a formé l'opinion publique. Le concept de médecine des plantes a été perdu de vue à cause de la volonté de produire des médicaments plus puissants et lucratifs. La perte de la magie de la synergie Quand nous nous sommes éloignés de la médecine des plantes, le concept est devenu obscur. Comment une plante peut-elle guérir quelque chose? La plupart des gens acceptent aujourd’hui sans la questionner l’idée qu’il suffit d’ingérer l’ingrédient actif de quelque chose. Et tout le reste est désormais vu comme une énorme perte de temps. C'est un peu fou quand on y pense. Nous avons décidé qu'environ 90% d’une plante était fait de déchets, et que seulement un dixième valait la peine d'être utilisé. Ainsi donc la nature serait stupide ?! Les alchimistes et les herboristes ont pourtant enseigné les bienfaits de la synergie. Chaque herboriste dira que c'est le mélange unique de composés à l'intérieur d'une plante qui en fait un médicament puissant. Bien sûr, la médecine occidentale néglige cela, réduisant les plantes à un seul composé qu’il faut ingérer. Toute cette synergie est complètement absente de l'équation, alors qu’elle permet justement au composé actif de faire son travail. Même dans le monde de la weed ce débat existe. Les distillats de cannabis sont de plus en plus populaires en raison de leur puissance - mais offrent-ils la meilleure valeur médicinale possible ? Le raffinage de la cocaïne et des opiacés En perdant le concept de synergie et de médecine des plantes, nous avons commencé à nous concentrer sur l’effet psychotrope. Prenons la feuille de coca, par exemple, jadis utilisée dans les Andes pour affronter l'altitude et supprimer la faim lors du travail prolongé. Elle est également utilisée pour une multitude d'autres raisons de santé, comme apaiser les maux d'estomac et les maux de tête. Elle a même des usages enthéogéniques. Mais elle ne “défonce” pas vraiment sous la forme de la feuille de coca brute. On ressent une montée d'énergie, comme prendre un café, mais aucun “trip”. La cocaïne, une version très puissante et raffinée de la feuille de coca, est devenue l’une des drogues les plus demandées sur le marché noir. Et nous savons tous que le sniff de cocaïne n'a rien de médicinal. Bien que l'utilisation topique de la cocaïne ait un impact médicinal, elle n'est pas largement utilisée à cette fin. Une plante réellement utile est devenue une drogue ravageuse. Les opiacés sont un autre exemple parfait de ce qui se passe lorsque nous détournons l'attention de la médecine des plantes et que nous mettons l'accent sur la puissance de l'effet immédiat. Au départ, nous n’avions que l’opium, une substance gluante obtenue à partir du centre de la fleur de pavot. L'opium a des effets extrêmement sédatifs, soulageant la douleur des blessés, de ceux qui viennent de subir un traumatisme ou une intervention chirurgicale. De nos jour, les Etats-Unis font face à une épidémie d’addiction aux opiacés. Ils sont l'une des plus grandes causes de décès aux Etats-Unis et le plus grand contributeur aux overdoses pharmaceutiques. Un médicament est devenu un poison. La médecine des plantes, comment ça marche Les herboristes croient que la synergie est l'intelligence de l'herbe. L'herbe elle-même est un mélange complexe de substances au sein d'une plante entière qui crée théoriquement un effet synergique et médicinal. Plutôt que de traiter des symptômes spécifiques, les plantes entières sont là pour traiter les déséquilibres dans les systèmes corporels qui provoquent réellement la maladie. La différence entre la médecine des plantes entières et la majorité des médicaments occidentaux est que la médecine des plantes entières ne fonctionne pas tout de suite dans la plupart des cas. Elle fonctionne petit à petit, "en incitant une personne à se sentir mieux", comme le dit Isla Burgess. Cela signifie que la personne doit prendre conscience de son état avant que cela ne devienne une urgence. Et cela demande aussi de la patience de sa part. La même chose est vraie pour le cannabis. Il a le potentiel de changer la vie de quelqu'un dans le temps, s’il est utilisé dans une perspective de médecine des plantes. Les extraits agissent très puissamment et très vite, mais peuvent exercer un stress durable sur le corps. Le pouvoir de l’effet d’entourage Dans le cas du cannabis, cette synergie s'appelle l'effet d'entourage. C'est ainsi que tous les cannabinoïdes de la plante travaillent ensemble pour lui donner son pouvoir de guérison. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a aucun pouvoir de guérison dans un médicament qui ne contient qu'un seul cannabinoïde. Mais en général, la plante est plus puissante lorsque les composants travaillent en synergie. Tout cela est dû au fait que les généticiens croient que les caractéristiques de chaque cannabinoïde s'expriment davantage lorsqu'ils travaillent tous de concert, dans une sorte de symphonie chimique. Une autre façon de se représenter l'effet d'entourage est le rapport entre les individus et leur groupe social. Nous voyons souvent les caractéristiques de personnalité de chaque personne plus clairement lorsqu'elles interagissent avec leur “entourage”. Il y a quelque chose dans un “tout” qui permet à chaque “pièce” de mieux s’exprimer et se révéler. Avantages et inconvénients des médicaments avec un cannabinoïde unique Il est devenu de plus en plus populaire de rechercher des variétés de weed contenant de grandes quantités de THC. Les produits ne contenant que du CBD, qu'il s'agisse d'huile ou de bourgeons, sont également plus demandés. Il y a des raisons spécifiques pour lesquelles les gens recherchent des médicaments à base de CBD, comme le désir de traiter les enfants sans effets secondaires psychoactifs. Cependant, plus on s'oriente vers l'isolement des cannabinoïdes, plus le potentiel de perdre la véritable intelligence médicinale de la plante augmente. Au cours des dernières décennies, nous avons fabriqué des variétés de cannabis avec des niveaux élevés de THC dans le but de nous défoncer plus. Franchement, quelqu'un a-t-il déjà dabbé pour guérir un mal de tête ? Et il n’y a certes pas de problème à ça, mais ce n’est pas du cannabis médical s’il y a d'énormes quantités de THC. D'un autre côté, les médicaments à base de CBD apparaissent comme un moyen de traiter des individus qui ne souhaitent pas ressentir les effets psychotropes du cannabis. Certains patients aiment la valeur médicinale du cannabis, mais détestent l’ivresse cannabis – d’où l’utilité de l'huile de CBD. En termes de valeur médicale, ces médicaments peuvent offrir beaucoup aux patients, et leur rendre la vie plus simple, comme dans le cas des enfants atteints d'épilepsie. Le CBD peut détendre les crises d'un enfant en quelques minutes. Il est encore trop tôt pour voir quels sont les effets sur le long terme et si les patients sont capables de guérir complètement. L'avantage de la médecine au CBD est évidemment qu'elle est non-psychoactive, et donc accessible aux enfants aussi bien qu'aux personnes âgées - ou même aux gens qui n'aiment pas les effets du THC. Tout est affaire d’alchimie Ce qui nous manque finalement dans le monde du cannabis, c'est l’incitation à l'utiliser aux côtés d'autres habitudes saines, que ce soit en le mélangeant avec d'autres herbes, en ayant un bon régime ou en faisant du sport. On dirait que c'est parfois exactement ce que le cannabis tente d'enseigner à tout le monde - que ce n'est jamais vraiment une chose unique qui guérit, mais la réaction alchimique de beaucoup de choses. Le cannabis combiné à une bonne alimentation sera plus bénéfique que le cannabis seul. Cela pourrait aussi ce que beaucoup de patients utilisant du cannabis médical ratent. C'est une chose de prescrire du cannabis à des personnes souffrant de maux de tête chroniques, mais une autre chose est de combiner cela avec une alimentation saine et de l’exercice physique. Ce sont ces types de changements que la médecine des plantes peut créer dans la vie de quelqu'un. Cela démontre le pouvoir du mélange des médicaments avec des changements de style de vie, plutôt que d'isoler des composés et de considérer que le travail est fait. Il est important de souligner qu’il ne s’agit pas de juger les médicaments à haute teneur en THC, ou les distillats, les extraits ou le dabbing. Tous ces produits répondent à un objectif qui leur est propre. Mais il y a une idée fausse qu'en isolant les cannabinoïdes et en les dosant en quantités énormes la valeur médicinale est décuplée. Ce n'est simplement pas vrai. Le potentiel de la médecine des plantes est réel quand nous les envisageons comme des organismes complets fonctionnant en synergie. Et naturellement, en isolant les composés, nous perdons potentiellement une partie de la valeur médicinale. La médecine des plantes nous connectent avec la connaissance et la sagesse des alchimistes et des herboristes.

L’industrie pharmaceutique fut la force première d’une grande partie de l’avancement médical et de la recherche, c’est aussi à cause d’elle que nous avons commencé à raffiner les médicaments pour obtenir leurs composants uniques.

La médecine raffinée n’était certainement pas la méthode de nos ancêtres, qui utilisaient des racines, des feuilles, des fleurs et des germes comme médicaments. Même à l’époque de la pharmacopée et des apothicaires du Moyen Age, on prescrivait des herbes et des mélanges de plantes. Quand avons-nous commencé à produire des pilules ?

On dit que l’industrie pharmaceutique a démarré lorsque la révolution scientifique du 17ème siècle a rencontré les capacités de production pré-industrielle du 18ème siècle, et les bénéfices financiers possibles ont encore stimulé le processus.

Certes, tout cela n’était pas mauvais, bien sûr. La découverte de la pénicilline est probablement l’une des plus importantes de l’histoire médicale. L’avancement de la médecine pharmaceutique est probablement l’une de ces choses qui nous distingue du reste du règne animal. Mais les problèmes que cela cause sont bien réels.

La fabrication et la vente de médicaments ont probablement commencé en Allemagne avec Merck, alors une pharmacie, dans les années 1700. Ils ont vendu des alcaloïdes. Puis il y eut Beecham’s Pill, qui a ouvert une usine en 1859 pour la production et la délivrance de brevets en Angleterre.

La guerre de Sécession américaine de cette époque a provoqué une forte demande d’antiseptiques et d’analgésiques, et les Allemands n’eurent pas peur de profiter de ce qui se passait là-bas. Ce furent les débuts de Pfizer.

Je vais faire court pour le reste (parce que c’est plutôt ennuyeux). L’aspirine est née au début du 20ème siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a développé un système de soins de santé.

De là sont venus les règlements sur ce qui pouvait et ne pouvait pas être considéré comme médicament – et c’est là que les choses se sont compliquées. Nous pouvons croire que les systèmes de réglementation de la médecine sont positifs, mais ils ont commencé avec un organe directeur qui décidait de ce qui était ou non utile sur le plan médicinal.

C’est le développement d’une économie médicale et d’un système de soins de santé qui a conduit à la recherche scientifique en médecine plus que des preuves anecdotiques de l’efficacité de telle ou telle chose. Bien que cela ait eu des avantages pour notre connaissance pratique de la médecine, cela s’est fait au détriment des patients et des sagesses ancestrales.

Les plantes ont été abandonnées en tant que médicaments après l’arrivée d’un système de santé et d’organismes de réglementation. Les gouvernements ont commencé à délégaliser – voire à criminaliser – certaines plantes, comme le cannabis, parce qu’elles étaient considérées dénuées de valeur médicinale. Et cela a formé l’opinion publique.

Le concept de médecine des plantes a été perdu de vue à cause de la volonté de produire des médicaments plus puissants et lucratifs.

La perte de la magie de la synergie

Quand nous nous sommes éloignés de la médecine des plantes, le concept est devenu obscur. Comment une plante peut-elle guérir quelque chose? La plupart des gens acceptent aujourd’hui sans la questionner l’idée qu’il suffit d’ingérer l’ingrédient actif de quelque chose.

Et tout le reste est désormais vu comme une énorme perte de temps. C’est un peu fou quand on y pense. Nous avons décidé qu’environ 90% d’une plante était fait de déchets, et que seulement un dixième valait la peine d’être utilisé. Ainsi donc la nature serait stupide ?!

Les alchimistes et les herboristes ont pourtant enseigné les bienfaits de la synergie. Chaque herboriste dira que c’est le mélange unique de composés à l’intérieur d’une plante qui en fait un médicament puissant.

Bien sûr, la médecine occidentale néglige cela, réduisant les plantes à un seul composé qu’il faut ingérer. Toute cette synergie est complètement absente de l’équation, alors qu’elle permet justement au composé actif de faire son travail.

Même dans le monde de la weed ce débat existe. Les distillats de cannabis sont de plus en plus populaires en raison de leur puissance – mais offrent-ils la meilleure valeur médicinale possible ?

Le raffinage de la cocaïne et des opiacés

En perdant le concept de synergie et de médecine des plantes, nous avons commencé à nous concentrer sur l’effet psychotrope. Prenons la feuille de coca, par exemple, jadis utilisée dans les Andes pour affronter l’altitude et supprimer la faim lors du travail prolongé.

Elle est également utilisée pour une multitude d’autres raisons de santé, comme apaiser les maux d’estomac et les maux de tête. Elle a même des usages enthéogéniques. Mais elle ne “défonce” pas vraiment sous la forme de la feuille de coca brute. On ressent une montée d’énergie, comme prendre un café, mais aucun “trip”.

La cocaïne, une version très puissante et raffinée de la feuille de coca, est devenue l’une des drogues les plus demandées sur le marché noir. Et nous savons tous que le sniff de cocaïne n’a rien de médicinal. Bien que l’utilisation topique de la cocaïne ait un impact médicinal, elle n’est pas largement utilisée à cette fin. Une plante réellement utile est devenue une drogue ravageuse.

Les opiacés sont un autre exemple parfait de ce qui se passe lorsque nous détournons l’attention de la médecine des plantes et que nous mettons l’accent sur la puissance de l’effet immédiat. Au départ, nous n’avions que l’opium, une substance gluante obtenue à partir du centre de la fleur de pavot.

L’opium a des effets extrêmement sédatifs, soulageant la douleur des blessés, de ceux qui viennent de subir un traumatisme ou une intervention chirurgicale. De nos jour, les Etats-Unis font face à une épidémie d’addiction aux opiacés. Ils sont l’une des plus grandes causes de décès aux Etats-Unis et le plus grand contributeur aux overdoses pharmaceutiques. Un médicament est devenu un poison.

La médecine des plantes, comment ça marche

Au centre même de la phytothérapie est le concept de "plantes entières". L'esprit occidental à énormément de mal à le comprendre. On peut supposer que cela est lié au fait que médecine occidentale a suivi le chemin de l'extraction et du raffinage – jusqu'à arriver à "la pilule", concrétisation de cette ambition. Quand on y pense vraiment, "la pilule" n'existe pas depuis si longtemps. Nous prenons des pilules comme médicaments depuis un peu plus de 100 ans. Avant cela, nos ancêtres pratiquaient naturellement une médecine à base de plantes entières. Il est peut-être vrai que nous le faisions parce que nous n'avions pas encore la technologie pour extraire et raffiner. Cependant, ce que nous commençons à comprendre, c'est qu'il y avait une sagesse certaine dans le concept de la médecine des plantes. L’humanité l’a fait avec tout : la fleur de pavot transformée en opium, la feuille de coca en cocaïne et nous avons même transformé la canne à sucre en une pilule granulée très fine. Même le monde du cannabis est séduit par le concept de l'extraction des composants du cannabis, par exemple pour les produits à base de CBD ou les concentrés. Certains des extraits de cannabis sur le marché atteignent une pureté presque complète (environ 99% de teneur en cannabinoïdes). On est loin du matériau végétal que l’on mettait jadis dans le vin pour le boire ou dans du papier pour le fumer. Nous avons peut-être ingéré littéralement des microdoses comparativement au type de résultats que nous pouvons obtenir ces jours-ci. Mais comment exactement nous sommes-nous éloignés de la médecine des plantes et pourquoi ? Il est temps de revenir un peu en arrière et d'explorer l'importance d'utiliser toute la plante, et de découvrir la beauté de l'effet d'entourage. La naissance de la médecine pharmaceutique L'industrie pharmaceutique fut la force première d'une grande partie de l'avancement médical et de la recherche, c'est aussi à cause d’elle que nous avons commencé à raffiner les médicaments pour obtenir leurs composants uniques. La médecine raffinée n'était certainement pas la méthode de nos ancêtres, qui utilisaient des racines, des feuilles, des fleurs et des germes comme médicaments. Même à l'époque de la pharmacopée et des apothicaires du Moyen Age, on prescrivait des herbes et des mélanges de plantes. Quand avons-nous commencé à produire des pilules ? On dit que l'industrie pharmaceutique a démarré lorsque la révolution scientifique du 17ème siècle a rencontré les capacités de production pré-industrielle du 18ème siècle, et les bénéfices financiers possibles ont encore stimulé le processus. Certes, tout cela n'était pas mauvais, bien sûr. La découverte de la pénicilline est probablement l'une des plus importantes de l'histoire médicale. L'avancement de la médecine pharmaceutique est probablement l'une de ces choses qui nous distingue du reste du règne animal. Mais les problèmes que cela cause sont bien réels. La fabrication et la vente de médicaments ont probablement commencé en Allemagne avec Merck, alors une pharmacie, dans les années 1700. Ils ont vendu des alcaloïdes. Puis il y eut Beecham’s Pill, qui a ouvert une usine en 1859 pour la production et la délivrance de brevets en Angleterre. La guerre de Sécession américaine de cette époque a provoqué une forte demande d'antiseptiques et d'analgésiques, et les Allemands n'eurent pas peur de profiter de ce qui se passait là-bas. Ce furent les débuts de Pfizer. Je vais faire court pour le reste (parce que c'est plutôt ennuyeux). L’aspirine est née au début du 20ème siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni a développé un système de soins de santé. De là sont venus les règlements sur ce qui pouvait et ne pouvait pas être considéré comme médicament - et c'est là que les choses se sont compliquées. Nous pouvons croire que les systèmes de réglementation de la médecine sont positifs, mais ils ont commencé avec un organe directeur qui décidait de ce qui était ou non utile sur le plan médicinal. C’est le développement d'une économie médicale et d'un système de soins de santé qui a conduit à la recherche scientifique en médecine plus que des preuves anecdotiques de l’efficacité de telle ou telle chose. Bien que cela ait eu des avantages pour notre connaissance pratique de la médecine, cela s’est fait au détriment des patients et des sagesses ancestrales. Les plantes ont été abandonnées en tant que médicaments après l'arrivée d'un système de santé et d'organismes de réglementation. Les gouvernements ont commencé à délégaliser - voire à criminaliser - certaines plantes, comme le cannabis, parce qu'elles étaient considérées dénuées de valeur médicinale. Et cela a formé l'opinion publique. Le concept de médecine des plantes a été perdu de vue à cause de la volonté de produire des médicaments plus puissants et lucratifs. La perte de la magie de la synergie Quand nous nous sommes éloignés de la médecine des plantes, le concept est devenu obscur. Comment une plante peut-elle guérir quelque chose? La plupart des gens acceptent aujourd’hui sans la questionner l’idée qu’il suffit d’ingérer l’ingrédient actif de quelque chose. Et tout le reste est désormais vu comme une énorme perte de temps. C'est un peu fou quand on y pense. Nous avons décidé qu'environ 90% d’une plante était fait de déchets, et que seulement un dixième valait la peine d'être utilisé. Ainsi donc la nature serait stupide ?! Les alchimistes et les herboristes ont pourtant enseigné les bienfaits de la synergie. Chaque herboriste dira que c'est le mélange unique de composés à l'intérieur d'une plante qui en fait un médicament puissant. Bien sûr, la médecine occidentale néglige cela, réduisant les plantes à un seul composé qu’il faut ingérer. Toute cette synergie est complètement absente de l'équation, alors qu’elle permet justement au composé actif de faire son travail. Même dans le monde de la weed ce débat existe. Les distillats de cannabis sont de plus en plus populaires en raison de leur puissance - mais offrent-ils la meilleure valeur médicinale possible ? Le raffinage de la cocaïne et des opiacés En perdant le concept de synergie et de médecine des plantes, nous avons commencé à nous concentrer sur l’effet psychotrope. Prenons la feuille de coca, par exemple, jadis utilisée dans les Andes pour affronter l'altitude et supprimer la faim lors du travail prolongé. Elle est également utilisée pour une multitude d'autres raisons de santé, comme apaiser les maux d'estomac et les maux de tête. Elle a même des usages enthéogéniques. Mais elle ne “défonce” pas vraiment sous la forme de la feuille de coca brute. On ressent une montée d'énergie, comme prendre un café, mais aucun “trip”. La cocaïne, une version très puissante et raffinée de la feuille de coca, est devenue l’une des drogues les plus demandées sur le marché noir. Et nous savons tous que le sniff de cocaïne n'a rien de médicinal. Bien que l'utilisation topique de la cocaïne ait un impact médicinal, elle n'est pas largement utilisée à cette fin. Une plante réellement utile est devenue une drogue ravageuse. Les opiacés sont un autre exemple parfait de ce qui se passe lorsque nous détournons l'attention de la médecine des plantes et que nous mettons l'accent sur la puissance de l'effet immédiat. Au départ, nous n’avions que l’opium, une substance gluante obtenue à partir du centre de la fleur de pavot. L'opium a des effets extrêmement sédatifs, soulageant la douleur des blessés, de ceux qui viennent de subir un traumatisme ou une intervention chirurgicale. De nos jour, les Etats-Unis font face à une épidémie d’addiction aux opiacés. Ils sont l'une des plus grandes causes de décès aux Etats-Unis et le plus grand contributeur aux overdoses pharmaceutiques. Un médicament est devenu un poison. La médecine des plantes, comment ça marche Les herboristes croient que la synergie est l'intelligence de l'herbe. L'herbe elle-même est un mélange complexe de substances au sein d'une plante entière qui crée théoriquement un effet synergique et médicinal. Plutôt que de traiter des symptômes spécifiques, les plantes entières sont là pour traiter les déséquilibres dans les systèmes corporels qui provoquent réellement la maladie. La différence entre la médecine des plantes entières et la majorité des médicaments occidentaux est que la médecine des plantes entières ne fonctionne pas tout de suite dans la plupart des cas. Elle fonctionne petit à petit, "en incitant une personne à se sentir mieux", comme le dit Isla Burgess. Cela signifie que la personne doit prendre conscience de son état avant que cela ne devienne une urgence. Et cela demande aussi de la patience de sa part. La même chose est vraie pour le cannabis. Il a le potentiel de changer la vie de quelqu'un dans le temps, s’il est utilisé dans une perspective de médecine des plantes. Les extraits agissent très puissamment et très vite, mais peuvent exercer un stress durable sur le corps. Le pouvoir de l’effet d’entourage Dans le cas du cannabis, cette synergie s'appelle l'effet d'entourage. C'est ainsi que tous les cannabinoïdes de la plante travaillent ensemble pour lui donner son pouvoir de guérison. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a aucun pouvoir de guérison dans un médicament qui ne contient qu'un seul cannabinoïde. Mais en général, la plante est plus puissante lorsque les composants travaillent en synergie. Tout cela est dû au fait que les généticiens croient que les caractéristiques de chaque cannabinoïde s'expriment davantage lorsqu'ils travaillent tous de concert, dans une sorte de symphonie chimique. Une autre façon de se représenter l'effet d'entourage est le rapport entre les individus et leur groupe social. Nous voyons souvent les caractéristiques de personnalité de chaque personne plus clairement lorsqu'elles interagissent avec leur “entourage”. Il y a quelque chose dans un “tout” qui permet à chaque “pièce” de mieux s’exprimer et se révéler. Avantages et inconvénients des médicaments avec un cannabinoïde unique Il est devenu de plus en plus populaire de rechercher des variétés de weed contenant de grandes quantités de THC. Les produits ne contenant que du CBD, qu'il s'agisse d'huile ou de bourgeons, sont également plus demandés. Il y a des raisons spécifiques pour lesquelles les gens recherchent des médicaments à base de CBD, comme le désir de traiter les enfants sans effets secondaires psychoactifs. Cependant, plus on s'oriente vers l'isolement des cannabinoïdes, plus le potentiel de perdre la véritable intelligence médicinale de la plante augmente. Au cours des dernières décennies, nous avons fabriqué des variétés de cannabis avec des niveaux élevés de THC dans le but de nous défoncer plus. Franchement, quelqu'un a-t-il déjà dabbé pour guérir un mal de tête ? Et il n’y a certes pas de problème à ça, mais ce n’est pas du cannabis médical s’il y a d'énormes quantités de THC. D'un autre côté, les médicaments à base de CBD apparaissent comme un moyen de traiter des individus qui ne souhaitent pas ressentir les effets psychotropes du cannabis. Certains patients aiment la valeur médicinale du cannabis, mais détestent l’ivresse cannabis – d’où l’utilité de l'huile de CBD. En termes de valeur médicale, ces médicaments peuvent offrir beaucoup aux patients, et leur rendre la vie plus simple, comme dans le cas des enfants atteints d'épilepsie. Le CBD peut détendre les crises d'un enfant en quelques minutes. Il est encore trop tôt pour voir quels sont les effets sur le long terme et si les patients sont capables de guérir complètement. L'avantage de la médecine au CBD est évidemment qu'elle est non-psychoactive, et donc accessible aux enfants aussi bien qu'aux personnes âgées - ou même aux gens qui n'aiment pas les effets du THC. Tout est affaire d’alchimie Ce qui nous manque finalement dans le monde du cannabis, c'est l’incitation à l'utiliser aux côtés d'autres habitudes saines, que ce soit en le mélangeant avec d'autres herbes, en ayant un bon régime ou en faisant du sport. On dirait que c'est parfois exactement ce que le cannabis tente d'enseigner à tout le monde - que ce n'est jamais vraiment une chose unique qui guérit, mais la réaction alchimique de beaucoup de choses. Le cannabis combiné à une bonne alimentation sera plus bénéfique que le cannabis seul. Cela pourrait aussi ce que beaucoup de patients utilisant du cannabis médical ratent. C'est une chose de prescrire du cannabis à des personnes souffrant de maux de tête chroniques, mais une autre chose est de combiner cela avec une alimentation saine et de l’exercice physique. Ce sont ces types de changements que la médecine des plantes peut créer dans la vie de quelqu'un. Cela démontre le pouvoir du mélange des médicaments avec des changements de style de vie, plutôt que d'isoler des composés et de considérer que le travail est fait. Il est important de souligner qu’il ne s’agit pas de juger les médicaments à haute teneur en THC, ou les distillats, les extraits ou le dabbing. Tous ces produits répondent à un objectif qui leur est propre. Mais il y a une idée fausse qu'en isolant les cannabinoïdes et en les dosant en quantités énormes la valeur médicinale est décuplée. Ce n'est simplement pas vrai. Le potentiel de la médecine des plantes est réel quand nous les envisageons comme des organismes complets fonctionnant en synergie. Et naturellement, en isolant les composés, nous perdons potentiellement une partie de la valeur médicinale. La médecine des plantes nous connectent avec la connaissance et la sagesse des alchimistes et des herboristes.

Les herboristes croient que la synergie est l’intelligence de l’herbe. L’herbe elle-même est un mélange complexe de substances au sein d’une plante entière qui crée théoriquement un effet synergique et médicinal. Plutôt que de traiter des symptômes spécifiques, les plantes entières sont là pour traiter les déséquilibres dans les systèmes corporels qui provoquent réellement la maladie.

La différence entre la médecine des plantes entières et la majorité des médicaments occidentaux est que la médecine des plantes entières ne fonctionne pas tout de suite dans la plupart des cas. Elle fonctionne petit à petit, « en incitant une personne à se sentir mieux », comme le dit Isla Burgess. Cela signifie que la personne doit prendre conscience de son état avant que cela ne devienne une urgence. Et cela demande aussi de la patience de sa part.

La même chose est vraie pour le cannabis. Il a le potentiel de changer la vie de quelqu’un dans le temps, s’il est utilisé dans une perspective de médecine des plantes. Les extraits agissent très puissamment et très vite, mais peuvent exercer un stress durable sur le corps.

Le pouvoir de l’effet d’entourage

Dans le cas du cannabis, cette synergie s’appelle l’effet d’entourage. C’est ainsi que tous les cannabinoïdes de la plante travaillent ensemble pour lui donner son pouvoir de guérison. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucun pouvoir de guérison dans un médicament qui ne contient qu’un seul cannabinoïde. Mais en général, la plante est plus puissante lorsque les composants travaillent en synergie.

Tout cela est dû au fait que les généticiens croient que les caractéristiques de chaque cannabinoïde s’expriment davantage lorsqu’ils travaillent tous de concert, dans une sorte de symphonie chimique.

Une autre façon de se représenter l’effet d’entourage est le rapport entre les individus et leur groupe social. Nous voyons souvent les caractéristiques de personnalité de chaque personne plus clairement lorsqu’elles interagissent avec leur “entourage”. Il y a quelque chose dans un “tout” qui permet à chaque “pièce” de mieux s’exprimer et se révéler.

Avantages et inconvénients des médicaments avec un cannabinoïde unique

Il est devenu de plus en plus populaire de rechercher des variétés de weed contenant de grandes quantités de THC. Les produits ne contenant que du CBD, qu’il s’agisse d’huile ou de bourgeons, sont également plus demandés.

Il y a des raisons spécifiques pour lesquelles les gens recherchent des médicaments à base de CBD, comme le désir de traiter les enfants sans effets secondaires psychoactifs. Cependant, plus on s’oriente vers l’isolement des cannabinoïdes, plus le potentiel de perdre la véritable intelligence médicinale de la plante augmente.

Au cours des dernières décennies, nous avons fabriqué des variétés de cannabis avec des niveaux élevés de THC dans le but de nous défoncer plus. Franchement, quelqu’un a-t-il déjà dabbé pour guérir un mal de tête ? Et il n’y a certes pas de problème à ça, mais ce n’est pas du cannabis médical s’il y a d’énormes quantités de THC.

D’un autre côté, les médicaments à base de CBD apparaissent comme un moyen de traiter des individus qui ne souhaitent pas ressentir les effets psychotropes du cannabis. Certains patients aiment la valeur médicinale du cannabis, mais détestent l’ivresse cannabis – d’où l’utilité de l’huile de CBD.

En termes de valeur médicale, ces médicaments peuvent offrir beaucoup aux patients, et leur rendre la vie plus simple, comme dans le cas des enfants atteints d’épilepsie. Le CBD peut détendre les crises d’un enfant en quelques minutes. Il est encore trop tôt pour voir quels sont les effets sur le long terme et si les patients sont capables de guérir complètement.

L’avantage de la médecine au CBD est évidemment qu’elle est non-psychoactive, et donc accessible aux enfants aussi bien qu’aux personnes âgées – ou même aux gens qui n’aiment pas les effets du THC.

Tout est affaire d’alchimie

Ce qui nous manque finalement dans le monde du cannabis, c’est l’incitation à l’utiliser aux côtés d’autres habitudes saines, que ce soit en le mélangeant avec d’autres herbes, en ayant un bon régime ou en faisant du sport.

On dirait que c’est parfois exactement ce que le cannabis tente d’enseigner à tout le monde – que ce n’est jamais vraiment une chose unique qui guérit, mais la réaction alchimique de beaucoup de choses. Le cannabis combiné à une bonne alimentation sera plus bénéfique que le cannabis seul.

Cela pourrait aussi ce que beaucoup de patients utilisant du cannabis médical ratent. C’est une chose de prescrire du cannabis à des personnes souffrant de maux de tête chroniques, mais une autre chose est de combiner cela avec une alimentation saine et de l’exercice physique.

Ce sont ces types de changements que la médecine des plantes peut créer dans la vie de quelqu’un. Cela démontre le pouvoir du mélange des médicaments avec des changements de style de vie, plutôt que d’isoler des composés et de considérer que le travail est fait.

Il est important de souligner qu’il ne s’agit pas de juger les médicaments à haute teneur en THC, ou les distillats, les extraits ou le dabbing. Tous ces produits répondent à un objectif qui leur est propre. Mais il y a une idée fausse qu’en isolant les cannabinoïdes et en les dosant en quantités énormes la valeur médicinale est décuplée.

Ce n’est simplement pas vrai.

Le potentiel de la médecine des plantes est réel quand nous les envisageons comme des organismes complets fonctionnant en synergie. Et naturellement, en isolant les composés, nous perdons potentiellement une partie de la valeur médicinale. La médecine des plantes nous connectent avec la connaissance et la sagesse des alchimistes et des herboristes.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Author_profiles-WSS-Sera Jane Ghaly

    Sera Jane Ghaly

    Si je devais me décrire en quelques mots, je dirais que je suis une nomade assoiffée d’aventure. Née à Melbourne en Australie, j’ai vécu de nombreuses renaissances aux quatre coins du monde. Je suis positivement obsédée par les mots et les langues, et je m’en sers pour naviguer au travers des multiples dimensions de l’expérience humaine. Mon intérêt pour le cannabis a commencé aux États-Unis, et depuis je parcours le monde avec l’herbe comme boussole et source d’inspiration. La douce Marie-Jeanne m’a conduite de cérémonies shamaniques dans la forêt amazonienne en rituels enfumés avec des Babas en Inde. Je rêve de fumer un joint avec le podcasteur américain Joe Rogan !
    En savoir plus
Retour haut de page