Combattre le stéréotype du consommateur de Marijuana

Combattre le stéréotype du consommateur de Marijuana

Depuis l’interdiction de la marijuana, il y a près de 100 ans, les préjugés associés aux consommateurs n’ont pas cessé de croître. Bien que le stéréotype de l’habitué à la marijuana s’efface lentement au fil du temps avec la popularité croissante de la consommation de cannabis, il y a encore une pression sociale majeure pour ne pas être associé à cette consommation. Dans cet article, nous mettons fins au stereotype et montrons les consommateurs pour ce qu’ils sont : des personnes normales.

Les stéréotypes liés à l’utilisateur fréquent de marijuana sont ceux du toxicomane, du trafiquant de drogue ou du paresseux bon-à-rien. Il n’y a aucun doute que ce stéréotype découle de l’interdiction de la marijuana, et le facteur racial n’y échappe pas non plus. La population mondiale de consommateurs de cannabis étant en constante augmentation (résultat inévitable de la légalisation), il est important de briser ces stéréotypes pour éviter la discrimination. Afin d’intégrer l’usage du cannabis dans le nouveau paradigme de la société, nous devons tout d’abord identifier plusieurs groupes sociaux distincts qui prennent part à la consommation de marijuana et la plupart de ces groupes ne font pas partie de l’image stéréotypée du consommateur de marijuana.

Le facteur racial

La marijuana a d’abord été interdite aux États-Unis dans les années 1930 en raison du nombre important de Mexicains traversant la frontière vers les États-Unis avec de grandes quantités de produit. Cela a naturellement entraîné la circulation de cette plante vers le marché noir qui n’est pas réglementé et ouvre la porte à la criminalité et à la corruption. Le stéréotype du « stoner » est généralement raciste. Le camé est souvent catégorisé comme étant noir ou hispanique. Ce stéréotype vient de « l’establishment blanc », qui ne veut pas être associé à la consommation de cannabis, et de la création d’un profil ethnique de l’utilisateur régulier de marijuana.

La discrimination raciale qui apparaît en conséquence dans certaines classes sociales et au sein de certaines communautés défavorisées est dévastatrice. En pourcentage, le nombre de noirs et d’hispaniques arrêtés pour usage de marijuana est plus important que le nombre de blancs, en dépit du fait que statistiquement, ces derniers sont autant susceptibles de consommer de la marijuana. Cela provoque une division sociale plus importante que celle qui est due au racisme et aux guerres entre religions, et ce, à une époque où nous devrions essayer d’harmoniser les choses.

Tout au long de l’histoire humaine, le cannabis a été utilisé comme plante médicinale et comme pratique communautaire pour rassembler les gens. En raison de la stigmatisation qui lui est impitoyablement associée, il est devenu le point focal de la discrimination raciale. C’est ce stéréotype qui a perpétué la guerre contre la drogue plutôt que les intentions innocentes du consommateur.

Est-ce que les consommateurs de cannabis perpétuent la guerre contre la drogue ?

Une grande partie du stéréotype associé au consommateur de marijuana est lié au lavage de cerveau du public. Celui-ci pense en effet que le consommateur ordinaire perpétue la guerre contre la drogue. Bien sûr, l’interdiction de la marijuana, la conduit à circuler sur le marché noir, ce qui génère effectivement d’autres activités criminelles telles que le trafic et même la violence. Mais le consommateur régulier de marijuana est-il vraiment responsable de ça?

Les intentions d’un chef de cartel de la drogue par rapport à la marijuana peuvent entraîner la violence ou la corruption, mais ce n’est pas le cas pour le consommateur final qui veut simplement utiliser du cannabis. Qu’il le fasse pour des raisons médicales ou récréatives, c’est incroyablement injuste de punir l’utilisateur en raison de la guerre contre la drogue, quand en réalité ce sont les autorités qui supportent la guerre contre la drogue et ses effets dévastateurs.

La légalisation de la marijuana offre au consommateur la possibilité d’acheter et de consommer ce produit sans soutenir financièrement le commerce illégal de la drogue. Ainsi ces opérations ne sont plus associée à la criminalité. En fait, la légalisation de la marijuana aux États-Unis est déjà préjudiciable aux cartels de la drogue mexicains qui mettent l’accent sur le commerce transfrontalier. Ceci montre que l’interdiction est la raison principale pour laquelle la guerre contre la drogue et ses ravages se perpétue.

Différents utilisateurs, différents motifs

Mettre tous les consommateurs de marijuana dans une même catégorie de paresseux, de joueurs de jeux vidéo, de camés perpétuant la criminalité serait nier la pléthore de raisons pour lesquelles le cannabis peut être utilisé. Bien que certaines personnes l’utilisent à des fins récréatives, il y a également celles qui l’utilisent pour raisons médicales comme traitement efficace pour une large gamme de problèmes. Il y a même des gens qui l’utilisent pour des raisons spirituelles.

Partout dans le monde des gens consomment de la marijuana pour traiter les symptômes de la maladie d’Alzheimer, le cancer, des nausées, et même l’anxiété. En fait, la recherche se poursuit en vue de créer des produits médicaux à base de marijuana et il existe maintenant des façons, pour les consommateurs de marijuana médicale, d’ingérer du cannabis sans même être « stone ». La marijuana contenant seulement du CBD (cannabidiol) et huile de CBD devenant de plus en plus disponible, les consommateurs en reçoivent les vertus médicales sans avoir la défonce cérébrale. La marijuana contenant seulement du CBD est une variété qui ne contient pas le composé psychoactif de la plante de cannabis (le THC ou tétrahydrocannabinol) mais uniquement les propriétés médicinales du CBD.

Les utilisateurs de ce cannabis-là ne sont certainement pas assis sur leurs canapés à manger et à regarder stupidement la télévision à outrance. En fait, il est même plus probable qu’ils ont recours à l’utilisation de la marijuana médicinale, afin de pouvoir continuer à vivre leur vie de manière productive.

Les Stoners qui cassent le stéréotype

La marijuana est une plante qui est aimé et a été aimé par beaucoup de gens au fil du temps. Un certain nombre de « stoners » ont réussi au cours de l’histoire et ils brisent le stéréotype selon lequel les consommateurs de marijuana sont des bons à rien, criminels et paresseux.

Il n’y a qu’à regarder Steve Jobs et Bill Gates. Ces deux millionnaires qui ont réussi sont des consommateurs auto-proclamés de marijuana et sont certainement des défenseurs de celle-ci. Ils attribuent une grande partie de leur énergie créatrice à l’utilisation de cette plante et expliquent comment elle les a aidés à avoir du succès dans leur carrière. Steve Jobs et Bill Gates entrent dans le paradigme de l’Américain blanc, aucun ne fait partie d’un groupe ethnique, ils ont réussi financièrement et ont eu une grande carrière.

Carl Sagan, créateur de la série documentaire télévisée Cosmos est également un consommateur auto-proclamé de marijuana. Cet homme est titulaire de deux doctorats, un en astronomie et l’autre en astrophysique. Sagan dit que l’utilisation de marijuana réveille quelque chose d’intense et profond en lui, une sorte d’éveil spirituel, qui lui a permis de mieux comprendre les relations humaines. Il attribue le succès de sa carrière et la contemplation philosophique à la profonde connexion spirituelle à laquelle la marijuana lui a donné accès.

Le stéréotype n’est pas réel

On peut conclure que le stéréotype créé par la société au cours des cent dernières années n’est pas réel. Il n’est que la conséquence du jugement des gens et du pouvoir de l’autorité policière sur l’opinion publique. Le fait est qu’aucun des éléments que l’on possède aujourd’hui ne suggère que les consommateurs de cannabis soient tous des paresseux, des criminels, ou des improductifs. La réalité montre plutôt que les gens utilisent le cannabis pour ses bienfaits physiques, spirituels et médicaux.

Le stéréotype est tout simplement devenu un moyen pour la société de discriminer un nouveau groupe social comme c’est le cas pour des groupes religieux ou des communautés ethniques. La légalisation est en route dans le monde et il serait économiquement et socialement bénéfique de commencer à se défaire de ce stéréotype afin qu’elle soit pleinement acceptée par la société.

Comments

4 réflexions sur “Combattre le stéréotype du consommateur de Marijuana”

  1. je suis aide soignant et je fume ,je vais au taf tout les jours et j ai une vie social vive le cannabis

  2. Excellent résumé, la mise a l’index des consommateurs engendrent leurs isolements c’est un cercle vicieux qui n’aura de fin que lorsque la législation adoptera la légalisation de la consommation du cannabis.
    Alors à ce moment la pléthore d’utilisateur se révèleront et pourront enfin trouver leur vrai place en cette société qui divise plus qu elle ne rassemble.
    Une vie a attendre cet avènement, mais cela me rendrai heureux d’avoir vécu cet instant…….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Author_profiles-WSS-Sera Jane Ghaly

    Sera Jane Ghaly

    Si je devais me décrire en quelques mots, je dirais que je suis une nomade assoiffée d’aventure. Née à Melbourne en Australie, j’ai vécu de nombreuses renaissances aux quatre coins du monde. Je suis positivement obsédée par les mots et les langues, et je m’en sers pour naviguer au travers des multiples dimensions de l’expérience humaine. Mon intérêt pour le cannabis a commencé aux États-Unis, et depuis je parcours le monde avec l’herbe comme boussole et source d’inspiration. La douce Marie-Jeanne m’a conduite de cérémonies shamaniques dans la forêt amazonienne en rituels enfumés avec des Babas en Inde. Je rêve de fumer un joint avec le podcasteur américain Joe Rogan !
    En savoir plus
Retour haut de page