Le cannabis menstruel : visite d’une sorcière de la weed



De toutes les variétés d'herbe loufoques possibles, celle-ci est vraiment la moins conventionnelle. Cette histoire se focalise sur la connexion sud-américaine sacrée et la consommation de cannabis dans la médecine locale. De la culture à la préparation et l'expérience, une histoire cannabique hors du commun !

Ce qui est beau avec la plante de cannabis, c’est sa prévalence dans la culture humaine, depuis que nous la connaissons. Elle a été cultivée dans beaucoup de sociétés différentes au cours de l’existence humaine. Tout au long de mon voyage en Amérique du Sud, j’ai été en contact avec de nombreuses tribus anciennes qui pratiquent la médecine traditionnelle des plantes depuis des milliers d’années. Je n’en reviens toujours pas d’avoir eu la possibilité de consommer de l’herbe de sorcière lors d’une cérémonie traditionnelle en Équateur. Cette expérience a été probablement la plus unique de toutes celles que j’ai eu avec le cannabis et le processus de préparation de la plante pour la cérémonie sacrée est de la magie pure.

Après huit mois à boire la plante médicinale sacrée en Amérique du Sud, et à exprimer mon désir de consommer de l’herbe lors d’une cérémonie sacrée, on m’a recommandé une sorcière près de Quito dont c’est la spécialité. Notre rencontre était prometteuse et j’espérais qu’elle tienne ses promesses. Donc, je me suis mis d’accord avec elle pour participer à une cérémonie médicinale de Santa Maria (le nom sacré espagnol pour la plante, qui se traduit par Sainte Marie). Nous avons parlé un moment sur ce qu’implique exactement la cérémonie de Santa Maria qui consiste essentiellement à consommer de l’herbe, puis à chanter. Mais je n’ai pas vraiment eu d’indication sur l’affinité de cette femme pour cette plante jusqu’à ce qu’elle me dise la méthode avec laquelle elle la fait pousser.

Le cannabis menstruel : visite d’une sorcière de la weed

Daniela est le nom de la femme dont j’allais fumer le cannabis. Même si elle gère la préparation de la plante pour la cérémonie, c’est en fait son mari qui la fait pousser. Il utilise le sang de ses menstruations comme fertilisant. Ce n’est pas une chose rare pour les populations tribales d’Amérique du Sud d’encourager les femmes à mettre le sang de leurs règles dans la terre, en particulier pour une plante. Mais j’avais du mal à croire que j’allais fumer de l’herbe cultivée ainsi.

L’herbe était très odorante et pas comme les sécrétions menstruelles d’une femme. Le parfum était magnifique et incroyablement fort et je me souviens d’avoir noté que la couleur de celle-ci était d’un vert magnifique. J’avais fumé de l’herbe des rues au cours des huit derniers mois de mon long périple et j’étais excité de fumer quelque chose qui semblait être de meilleure qualité. Elle m’a assuré que son cannabis était cultivé organiquement et que le seul fertilisant qu’elle utilisait était le sang de ses règles.

Par le passé, je me suis bien familiarisé avec l’utilisation du sang comme engrais. Le sang contient beaucoup d’azote, c’est naturel et efficace comme engrais pour les plantes. Cependant, j’ai également ressenti une certaine inquiétude. C’est quelque chose d’important de fumer une plante qui contient le sang de quelqu’un – surtout quand on ne connaît pas vraiment la personne à qui appartient le sang ! Je tenais l’herbe dans ma main, l’inspectais et notais toutes les raisons que j’avais d’être heureux de la fumer. Je faisais confiance à la personne qui me l’avait recommandé, et elle semblait être assez digne de confiance pour une sorcière. Je me suis lancé et j’ai fumé l’herbe fertilisée avec les règles d’une sorcière.

La cérémonie en elle-même a été l’expérience la plus intéressante que j’ai eue avec l’herbe. Les chamans présidant la cérémonie ont fait de longs discours et des prières de louange au cannabis. Ils ont décrit l’esprit de Santa Maria comme étant le gardien des tunnels qui nous donnent accès à d’autres mondes de perception élargie. Ils ont parlé avec passion de la puissance des enseignements qui sont contenus dans cette plante qu’il faut apprécier comme un ami cher afin d’ouvrir les portes de la perception.

Tout le monde a participé à la cérémonie, en fumant beaucoup d’herbe. La règle était de ne pas avoir moins d’un joint pour trois personnes (il n’y avait pas de tabac dans les joints). Pour des raisons d’hydratation, du lait était servi. Tout au long de la cérémonie, il y a eu des chansons et de la musique, tout cela induisant une connexion et une expérience différente avec la plante. Il y avait des prières pendant la cérémonie, généralement de gratitude. Il y a un respect non seulement envers ce que représente la plante, mais aussi envers l’esprit qui s’exprime au travers d’elle. C’est une expérience qui manque cruellement en Occident.

Le cannabis menstruel : visite d’une sorcière de la weed

Bien que l’Occident vienne tout juste d’accepter le fait que le cannabis soit effectivement médicinal, la sacralité de la plante n’a jamais été reconnue dans la mesure où elle vient des cultures ancestrales. Même les enfants dans les anciennes cultures sont encouragés à utiliser cette plante comme médicament, et par conséquent, ils ne développent pas des relations abusives. En fait, la plante est utilisée comme un outil traditionnel pour créer harmonie et communauté. Ce fut un honneur de participer à une cérémonie sacrée pour le cannabis, avec des gens qui ont protégé la tradition depuis des milliers d’années. L’expérience physique, émotionnelle et spirituelle n’a ressemblé à aucune autre que j’ai connu avec la plante de cannabis. Il est clairement évident après une telle expérience que cette plante n’est pas un médicament uniquement pour des symptômes physiques. Les propriétés médicinales de cette plante ne concernent pas que le corps. Elles sont la médecine pour l’esprit et l’âme, également.

Il y a des raisons scientifiques d’utiliser le sang comme engrais et il est prouvé que cela fonctionne. Mais c’est une façon controversée de cultiver de l’herbe et ce ne sera probablement jamais une pratique qui sera commercialisée. Mais c’est néanmoins une expérience intéressante à essayer pour tous ceux qui font pousser du cannabis. Cela pourrait être la meilleure herbe que vous ayez jamais fumée et je sais que mon expérience était énorme. Avec ce processus, il y a également une connexion plus profonde entre le producteur et la plante. Le producteur s’assure ainsi d’être à l’intérieur de la plante. Il a été découvert que des os et des organes étaient enterrés avec des plantes auparavant, pour faire pousser l’arbre le plus sain et le plus heureux du jardin.

Les nutriments qui sont dans le corps humain semblent être un bon engrais pour les plantes, et dans les cultures ancestrales, cette tradition est pratiquée depuis longtemps. Dans tous les cas, cultiver du cannabis fertilisé avec du sang des menstruations contribue à donner une expérience différente de celle offerte par l’herbe cultivée en intérieur. L’expérience est profonde et je la recommande à tous les enthousiastes du cannabis.

Categories: Consommation

Commentaires

Laissez un commentaire ici.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer un nom
Oups, on dirait que vous avez oublié quelque chose.