L’histoire de la prohibition du cannabis

L’histoire de la prohibition du cannabis

Le cannabis était largement utilisé par nos ancêtres pour traiter de nombreuses maladies, mais il a été rendu illégal au début du 19ème siècle, après quoi le reste du monde a suivi. L’histoire de la prohibition du cannabis est riche en enseignements. Cet article te montrera comment le cannabis est en train de faire son retour dans le monde de la médecine.

L’histoire de la prohibition du cannabis ainsi que d’autres drogues est une très longue histoire qui, depuis peu, est sur le point de basculer complètement. La marijuana est passée de banale à illégale et maintenant, elle est sur le point de se banaliser à nouveau. Elle est passée d’une plante utilisée à des fins médicales à une substance n’offrant plus aucun avantage médical du tout. Il n’y a pas si longtemps, le cannabis a été placé dans une catégorie plus dangereuse que les opiacés.

Le voyage fait par cette plante au travers de son usage par l’homme, en particulier sur le plan politique, est tout aussi mystérieux que ses usages culturels à travers le temps. L’attitude controversée envers le cannabis a conduit les gouvernements à apporter beaucoup de changements durant la dernière décennie. Le monde est au bord d’une révolution sans doute inspirée par le cannabis, qui a donné au peuple suffisamment de voix pour parler de ses droits.

Ce voyage dans l’histoire du cannabis est un exemple parfait pour montrer que l’exploration de la conscience humaine est un droit fondamental. Le cannabis a été le véhicule d’une vérité bien plus grande que le simple droit de fumer de l’herbe pour être stone. Une vérité sur la liberté des êtres humains et la liberté de modifier nos états de conscience.

Un médicament courant

Un médicament courant

Dans les années 1800, les États-Unis étaient l’un des plus grands producteurs de chanvre pour les fibres et les matériaux. A ce moment-là, l’usage récréatif n’était pas très connu et le cannabis était surtout utilisé à des fins agricoles ou médicinales. Il était disponible sous forme d’huile et d’herbes, pour la préparation de médicaments afin de traiter un large éventail de symptômes.

Dans tous les cas, il est difficile de distinguer l’utilisation purement médicinale, puisque le but général de la plante était de faire en sorte que les gens se sentent bien. En 1862, Vanity Fair publiait un article indiquant que la marijuana était un bon antidote pour la « mélancolie » et parlait d’un stimulant agréable.

Le cannabis a été consommé sous forme solide ou en boisson dans la plupart des cas, ou utilisé en tant que chanvre pour fabriquer des vêtements, du papier et des matériaux de construction. Les bourgeons et les feuilles n’étaient pas connus pour être fumés jusqu’à la révolution mexicaine, au début du 20ème siècle, quand les Mexicains ont apporté l’herbe de l’autre côté de la frontière. Le chemin vers l’interdiction a commencé peu de temps après.

La criminalisation de la marijuana

La première tentative du gouvernement américain pour réglementer la plante a eu lieu après qu’il ait essayé de contrôler la quantité d’herbe amenée sur le sol américain par les immigrants mexicains. En 1906, le gouvernement a établi un premier « Food and Drug Act », loi sur produits alimentaires et les médicaments, qui incluait le cannabis, parmi d’autres plantes, afin de réglementer son usage par la population américaine.

Durant la décennie allant de 1914 à 1925, vingt-six états américains ont adopté des lois criminalisant la plante et interdisant sa consommation. Étonnamment, ce processus a eu lieu sans aucune contestation de la population américaine. A ce moment-là, le chanvre a également été criminalisé et son usage agricole s’est arrêté.

Au cours des années 1960, le cannabis a fait son chemin sur les campus universitaires où beaucoup d’étudiants fumaient des joints. A cette période, les pénalités prononcées contre l’usage de drogue se sont durcies et beaucoup d’Américains ont été incarcérés pour avoir consommé de la marijuana. Elle est devenue le point central de manifestations pendant les années 1970, au cours desquelles un renouveau psychédélique était sensible. Mais la pression du gouvernement était trop forte et le mouvement a raté cette première tentative.

En 1970, le Congrès américain a adopté la loi sur la Prévention et le Contrôle de l’Abus de drogues illicites, qui a officiellement mis la marijuana dans la catégorie la plus restrictive des drogues. Avec le passage de cette loi, le cannabis a été disqualifié et déclaré sans valeur médicale. Il a été classé comme substance la plus dangereuse, son usage entraînant les peines les plus sévères, et est devenu la raison injustifiée de l’emprisonnement de nombreux américains. Mais les sanctions strictes et dures n’ont pas découragé le peuple américain incapable de se détourner de la consommation de cannabis malgré la loi.

L’interdiction fait des ravages sur la société

L'interdiction fait des ravages sur la société

Bien que la prohibition des drogues comme les amphétamines et les opiacés ait eu ses propres effets néfastes sur la société, l’interdiction du cannabis fut pire. Les Américains étant incapables de se passer du cannabis, de façon récréative ou médicale, la population carcérale a commencé à croître à un rythme impossible à suivre pour le gouvernement américain.

Il est probable que l’afflux de la marijuana avec les migrants mexicains a impliqué une stigmatisation raciale devenue sociale par la suite. Entre 1965 et 1970, le nombre d’arrestations dues au cannabis a décuplé. Les prisonniers incarcérés pour possession ou distribution de marijuana sont devenus la majorité écrasante de la population carcérale.

Aucune preuve ou étude n’associe la marijuana à une violence extrême, au meurtre ou à la torture. Ce message a été transmis uniquement dans une tentative de propagande par le gouvernement des États-Unis ainsi que par les gouvernements du monde. Malgré cela, une pression extrême a toujours été exercée dans un effort particulier pour arrêter la circulation de cette plante. Sans surprise, même cette énorme pression n’a pas été suffisante pour empêcher les gens d’utiliser ou de distribuer la marijuana. Le nombre d’Américains emprisonnés pour avoir fait usage de la marijuana et dont la vie a été dévastée après avoir innocemment utilisé cette plante de façon récréative, a atteint un point de non-retour.

Au point de départ

Au cours des deux dernières décennies, l’histoire de la prohibition du cannabis est revenue au point de départ. Cette évolution est presque la même dans tous les pays du monde, avec d’abord la prohibition puis, maintenant, une légalisation imminente. Le moment charnière s’est produit au cours des 15 dernières années pour la population américaine, qui a réalisé que trop de gens souffraient en raison d’une substance qui ne cause pas vraiment de préjudice à la société. Il y a également eu une grande pression de la part des scientifiques, dont les recherches prouvent que le CBD et le THC ont des propriétés médicales qui peuvent traiter un large éventail de maladies courantes aux États-Unis.

En 1996, la Californie a été le premier état américain à légaliser la marijuana médicale, provoquant une tempête complète chez les politiques. La Californie est allée de l’avant et est devenue le premier état à adopter une loi légalisant la marijuana médicale, tandis que le gouvernement fédéral continuait de classer la plante en tant que substance inscrite à l’annexe I. Cette incohérence entre le droit fédéral et celui de la Californie a entraîné des perquisitions d’officines et l’économie du cannabis a beaucoup souffert.

Dans la décennie suivante, huit autres états ont légalisé la marijuana médicale au mépris de la loi fédérale. Le nombre d’états qui légalisaient ayant continué de croître, le soutien au mouvement de légalisation est devenu de plus en plus fort. En 2015, près de vingt ans après que la Californie ait légalisé la marijuana médicale, 23 états américains ont un programme de marijuana médicale. Quatre états ont maintenant légalisé la marijuana à des fins récréatives de façon à la décriminaliser complètement.

La légalisation du cannabis se répand rapidement dans le monde. Son usage récréatif est complètement légal en Uruguay et dans certains pays européens. Le soutien pour la légalisation du cannabis, avec ce que cela signifie pour les populations, est de plus en plus grand et la fin de la prohibition est maintenant imminente.

Avec la pression accrue des états, le gouvernement fédéral américain n’aura bientôt aucun autre choix que de revenir sur les lois de prohibition. Quand les états soutenant la marijuana légale seront plus nombreux que ceux qui sont contre, le gouvernement fédéral devra céder. Cela devient une sorte de déclaration du pouvoir du peuple sur le gouvernement et pour le droit humain fondamental de consommer du cannabis de façon médicale ou récréative, si on le désire.

Le cannabis en tant que véhicule pour le changement

Le cannabis a été un vecteur de changement pour les citoyens du monde, une voix si tu veux. Il a donné au peuple un point sur lequel se focaliser, quelque chose à changer, afin de transmettre une plus grande vérité sur la relation entre les êtres humains et leur conscience, leurs gouvernements, et les plantes. Malgré la prohibition perçue comme une catastrophe pour l’histoire humaine, le chemin qu’a fait le cannabis de l’interdiction à la légalisation est assez spectaculaire. La coupure avec le droit fondamental d’utiliser le cannabis a permis une amplification du rôle de tout cela dans le progrès humain.

Le cannabis a permis à la population humaine moderne de parler ouvertement de ses droits et de ce qui permettra de créer une vie durable sur terre.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Author_profiles-WSS-Sera Jane Ghaly

    Sera Jane Ghaly

    Si je devais me décrire en quelques mots, je dirais que je suis une nomade assoiffée d’aventure. Née à Melbourne en Australie, j’ai vécu de nombreuses renaissances aux quatre coins du monde. Je suis positivement obsédée par les mots et les langues, et je m’en sers pour naviguer au travers des multiples dimensions de l’expérience humaine. Mon intérêt pour le cannabis a commencé aux États-Unis, et depuis je parcours le monde avec l’herbe comme boussole et source d’inspiration. La douce Marie-Jeanne m’a conduite de cérémonies shamaniques dans la forêt amazonienne en rituels enfumés avec des Babas en Inde. Je rêve de fumer un joint avec le podcasteur américain Joe Rogan !
    En savoir plus
Retour haut de page