L’alcool infusé au cannabis : C’est quoi, et comment en faire ?

L’alcool infusé au cannabis : C'est quoi, et comment en faire ? - Weed Seed Shop Blog

Un joint à la main, un verre dans l’autre, soudain on te demande un briquet… C’est parfois un vrai défi de combiner alcool et cannabis ! Voici la solution : l’alcool de cannabis (infusé au cannabis plus précisément) est une façon fun de profiter des deux substances en même temps. Attention, pour le coup c’est vraiment à boire avec modération !

L’alcool infusé au cannabis n’est pas une teinture, même si celle-ci est une méthode d’extraction des principes actifs du cannabis dans l’alcool. Là, on parle plus de quelque chose comme une vodka de cannabis. C’est surtout la solution miracle pour tous les gens qui n’ont que deux bras (la majorité à n’en pas douter) et n’aiment pas jongler entre le joint et la boisson. Si tu veux planer et être pompette en même temps avec un seul produit, voilà ce qu’il te faut !

Attention, ce n’est pas sans risque, alors ne fais pas le sauvage sur le dosage. Bien équilibré, le mélange alcool/cannabis peut créer une sensation très agréable. Mais si tu abuses, tu vas connaître les joies de la gueule de bois à la jamaïcaine ! Voici donc un guide sur le mélange entre l’alcool et le cannabis en un cocktail puissant !

Les risques associés au mélange alcool/cannabis

La consommation simultanée d’alcool et de cannabis est assez commune, même si le mélange des deux dans une boisson l’est moins. Comme tout mélange celui-ci n’est pas sans risque, tu as peut-être eu l’occasion de le constater. Alors avant de préparer ta vodka à la weed, lis attentivement ce qui suit pour t’assurer une bonne expérience.

La science ne s’est pas penchée en détail sur le mélange alcool/cannabis, et ce qu’on en sait vient surtout de l’observation empirique des consommateurs. A de trop fortes doses, on finit tout pâle, en sueur, et on remercie son dîner avec la tête dans la cuvette des toilettes (quand on arrive à s’y traîner).

Il semble exister une très forte synergie entre les deux, ce qui veut dire qu’on se retrouve bien plus et bourré et défoncé que si l’on avait utilisé chaque substance séparément. L’effet de l’alcool sur le sang amène le corps à absorber le THC beaucoup plus vite qu’en temps normal, et cela finit par causer de l’anxiété.

Note bien aussi que le cannabis a des effets anti-nauséeux, car il contient des agents qui rendent le vomissement difficile. C’est néanmoins la réaction naturelle de ce dernier face à l’intoxication alcoolique. Le mélange des deux peut donc être tout à fait désagréable voire dangereux, si trop d’alcool a été consommé.

Tout ceci étant dit, l’expérience peut aussi se passer à merveille. L’astuce est d’y aller trèèèèès lentement. Ça ne se boit pas comme de l’eau ou du soda, et ça monte comme une boisson, pas comme un joint. Si tu enchaînes les shots de vodkannabis la soirée tournera forcément au désastre. Alors sois modéré et laisse à l’alcool et au THC le temps de faire effet avant de t’en servir un autre !

L’alcool infusé au cannabis : C'est quoi, et comment en faire ? - Weed Seed Shop Blog

Comment faire ton propre alcool infusé au cannabis

L’opération est très facile et ne demande quasiment aucun effort. Et le produit final peut-être utilisé tout seul ou servir à faire des cocktails. Il vaut mieux utiliser des alcools très distillés comme la vodka, mais ça marche avec le rhum et le brandy aussi.

Tu peux utiliser deux méthodes qui diffèrent dans la façon dont la chaleur est appliquée. Il est très important que la chaleur soit appliquée à un moment pour permettre la décarboxylation du cannabis, soit la transformation de l’acide de THC en THC, ce qui va activer le cannabis.

  1. Coupe tes bourgeons en petits morceaux, et mets-les au four sur une plaque de cuisson. Laisse-les chauffer à 160 degrés Celsius pendant 30 minutes. A la sortie du four, ils devraient être un peu plus sombres. Ensuite, mets-les dans ton alcool et stocke celui-ci dans une pièce sombre et fraîche, en le secouant chaque jour. Plus tu attends, plus l’effet sera fort. Après 7 jours il devrait y avoir suffisamment de cannabis infusé dans l’alcool pour que le tout fasse effet. Sors les bouts de plante maintenant dénués de THC à l’aide d’un filtre à café, et voilà, tu as ton cannabis à l’alcool !
  2. Coupe tes bourgeons en petits morceaux, et mets-les directement dans l’alcool. Là aussi, stocke la bouteille dans une pièce sombre et fraîche aussi longtemps que possible, en la secouant tous les jours. Ensuite, fais bouillir une casserole d’eau, et dès qu’elle bouillit arrête le feu et mets la bouteille d’alcool (fermée!) dans l’eau. La chaleur va activer le THC de ton cannabis. Cette méthode marche moins bien que la précédente. Filtre de la même manière.

La quantité de cannabis utilisée est laissée à ta discrétion. Evidemment, plus tu en utilises et plus l’effet sera puissant. Mais la qualité joue aussi, et le type de cannabis que tu utilises est un facteur dans l’effet final. Alors choisis une variété que tu aimes !

L’alcool infusé au cannabis : C'est quoi, et comment en faire ? - Weed Seed Shop Blog

Utilise ton alcool de cannabis pour faire des cocktails !

D’accord, tu peux le boire tout seul. Le goût ne sera sans doute pas génial. La solution est d’utiliser cet alcool pour en remplacer un autre et faire des cocktails. Plutôt que la vodka simple, un peu de vodkannabis, et voilà !

Une idée de cocktail parmi d’autres : du brandy infusé au cannabis, mélangé à un thé chaud à la cannelle juste avant d’aller au lit. N’oublie pas que les effets peuvent être très forts, et très différents du cannabis fumé. Mais tant que tu le gardes à l’esprit, profite de ta boisson et paye ta tournée !

Comments

5 réflexions sur “L’alcool infusé au cannabis : C’est quoi, et comment en faire ?”

  1. Salut,
    votre article est fantaisiste et a part gacher de la weed vous n’aurez rien avec un tel tuto …
    1=> 325°C pour la decarbo de la weed c’est BEAUCOUP trop . au mieux respierez la fumée du four … vous serez defoncé…
    2=> le A-THC n’est pas soluble dans l’alcool seul le THC l’est donc la methode 2 est pourrie aussi et c’est dangeureux de faure chauffer une bouteille fermée (explosion…)

    bref a part tuer des gens et gaspiller la beuh … tuto de merde …

    1. Une astuce et des conseils pour décarboxyler environ 25g de feuilles de manucures (seulement celles pleines de trichomes coupées près des têtes, pas les grandes!..) Quelle température choisir? quel support choisir? (papier sulfurisé sur ue plaque de cuisson en métal avec les feuilles bien étalées? J’imagine que le temps ou la température doit pas mal changer entre décarboxyler des fleurs ou des feuilles de manuc’ !
      J’ai déja tenter une fois de décarboxyler de la zeb mais j’ai du foirer quelquepart car aucun effet, je pense que ça à trop chauffer, soit trop longtemps, soit trop chaud… (je voulais faire des gélules de weed décarboxylée)
      Jai pas envie de foirer ma préparation ce coup-ci, et meme si je n’aime pas trop l’alcool une soirée vodkannabis me tente bien!

      Quelques conseils pour moi ? 🙂

      1. Salut …..moi j’ai fait de l’huile d’olive au cannabis avec des feuilles..je conserve le tout en pots de 1/2 tasse (125 Ml)..je fait une recette de muffin avec 7 grammes de cannabis qui est déja passé a la vapoteuse ( donc un résidu a utiliser une deuxième fois afin de ne pas le perdre) et les 125 Ml d’huile comme corps gras requis a la recette … je fais de petits muffins(7.5Ml) et non pas le format régulier beaucoup trop gros..car trop foudroyant comme effet
        Ce dosage est le résultat de plusieurs essais , qui est adéquat pour son usage..avec ceci , je contrôle une apnée du sommeil ,,je consomme le tout une heure avant le couché..mais si c’est pour un usage récréatif,tu est bien partis pour un bon 6 heures
        Peut importe l’essence d’herbe , je n’y ai pas noté de différence marquante
        lors de mes tests
        bon plaisir
        Mario

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Author_profiles-WSS-Sera Jane Ghaly

    Sera Jane Ghaly

    Si je devais me décrire en quelques mots, je dirais que je suis une nomade assoiffée d’aventure. Née à Melbourne en Australie, j’ai vécu de nombreuses renaissances aux quatre coins du monde. Je suis positivement obsédée par les mots et les langues, et je m’en sers pour naviguer au travers des multiples dimensions de l’expérience humaine. Mon intérêt pour le cannabis a commencé aux États-Unis, et depuis je parcours le monde avec l’herbe comme boussole et source d’inspiration. La douce Marie-Jeanne m’a conduite de cérémonies shamaniques dans la forêt amazonienne en rituels enfumés avec des Babas en Inde. Je rêve de fumer un joint avec le podcasteur américain Joe Rogan !
    En savoir plus
Retour haut de page