À quoi ressemble la défonce au cannabis ?

À quoi ressemble la défonce au cannabis ? - WeedSeedShop

Les mots peuvent-ils décrire avec précision l’état de défonce ? En tout cas, c’est le défi que nous nous sommes lancés. Le cannabis génère des sensations, des pensées et des émotions. Si tu n’en as jamais fumé, cet article te permettra, nous l’espérons, de mieux comprendre ses effets.

Partout dans le monde, tout le monde parle de la weed – son odeur, ses bienfaits, etc. Mais comment décrire exactement l’effet de la weed ? Quand on y réfléchit cela semble impossible : ce serait comme expliquer la couleur à un aveugle !

Après quelques réflexions plus poussées, j’ai compris qu’il y a des expériences que tout stoner comprend car il les a vécues. Après avoir fumé, des changements précis ont lieu sur les plans physique, mental et émotionnel. Si tu n’as jamais touché au cannabis de ta vie, ce pourrait être une bonne chose de te familiariser avec ces changements.

Commençons par dire ce que l’état de défonce n’est pas, en le comparant aux effets d’une autre substance que tu as peut-être déjà consommé : l’alcool.

Défonce vs ivresse

Si tu fumes du cannabis pour la première fois, il y a des effets auxquels ne pas t’attendre. Beaucoup supposent que l’expérience de la défonce sera semblable à celle de l’ivresse de l’alcool. Si c’était le cas, quel serait l’intérêt du cannabis ?

En état d’ébriété il n’est pas rare que les sens soient moins en alerte. C’est tout à fait l’inverse pour le cannabis. Il est généralement assez facile de décrire les répercussions sociales de l’ivresse, comme le fait d’avoir la parlotte ou de vouloir danser. L’alcool semble parfaitement s’intégrer dans l’environnement de la boîte de nuit.

On ne peut pas en dire autant de l’herbe. Elle peut donner une appréciation de la musique qui donnera envie de danser, mais pas nécessairement le désir d’être social. Pour certains, le cannabis est très introspectif.

En général, le cadre social de la consommation de cannabis est plus intimiste : avec des amis, dans une maison ou autour d’un feu de camp. Les effets sont moins définissables que ceux que nous avons tendance à avoir avec l’alcool. C’est ce qui en fait une plante si merveilleuse et versatile. Soit dit au passage, alcool et cannabis ne se mélangent pas bien, si on te tend un joint alors que tu es un peu pompète ou complètement saoul, refuse-le poliment !

Les signes de la défonce

Il y a des stoners diront que certains des effets qu’ils constatent après avoir fumé de l’herbe sont beaucoup plus répandus que d’autres : c’est inhabituel, mais tel ou tel n’aura jamais les munchies, un autre les aura toujours, et puis il y a celui qui se demande après 20 ans de fumette pourquoi certains disent que le cannabis peut parfois rendre parano tandis que son voisin s’est arrêté au premier joint à cause de l’anxiété qu’il a provoqué. Cependant, certains signes semblent apparaître encore et encore dans tous les témoignages, et on peut les considérer comme des symptômes de la défonce.

À quoi ressemble la défonce au cannabis ? - WeedSeedShop

Fait intéressant : certains de ces symptômes sont les raisons pour lesquelles les stoners aiment le cannabis, alors qu’ils auront convaincu d’autres personnes de ne plus jamais y toucher après un essai. la raison pour laquelle certaines personnes choisissent de ne plus jamais fumer.

Impossible de prédire de quel côté de la balance tu pencheras. Mais voici les invariants de la défonce :

1. La perception du temps est altérée

Les stoners sont presque toujours en retard, ce qui indique que la weed altère la perception du temps. L’expérience est particulièrement fréquente chez les débutants : les minutes donnent l’impression de durer une heure. C’est particulièrement agréable quand il s’agit de se perdre dans un solo de guitare ou un film épique, mais si tu commences à être anxieux, cette déformation du temps peut vite devenir inconfortable.

2. L’oubli de l’environnement et son retour brusque

Tout comme pour la perception du temps, ce symptôme est plus simple à gérer avec de l’expérience. On peut le comparer à un effet de va et vient dans notre citadelle mentale. Le cannabis stimule beaucoup les pensées, et il n’est pas rare d’être totalement absorbé dedans et d’oublier les gens autour. Jusqu’à ce qu’un bruit ou un détail ramène soudain au monde. La sensation peut être très étrange au début

3. Relaxation et engourdissement

Le cannabis est un relaxant musculaire, c’est une de ses propriétés médicinales. Suite à l’utilisation, tous les nœuds du corps semblent tomber et on a un sentiment de relaxation intense. Pour certains, cette sensation va jusqu’à l’engourdissement et à la somnolence.

4. Augmentation de l’énergie

Paradoxalement, les symptômes évoqués plus haut peuvent aussi être source d’énergie. On se sent si bien qu’on a soudain envie de faire des étirements ou de marcher. Et pourquoi pas de danser ! L’activité mentale et la relaxation physique mettent dans un état d’esprit positif et on est soudain disposé aux activités créatives.

5. L’effet balékouilles

C’est la conséquence émotionnelle majeure de la consommation de cannabis : une nonchalance et une coolitude inégalées. Tous les soucis s’envolent et seul reste l’instant présent. On perd ses inhibitions, la libido et la confiance en soi augmentent, et il y a comme un sentiment que tout autour de soi s’emboîte parfaitement.

6. La paranoïa

La sensation de paranoïa est un thème qui revient souvent dans les discussions sur le cannabis. C’est le revers de l’attitude nonchalante dont nous venons de parler, et on n’y échappe pas toujours. On ne sait pas vraiment ce qui la provoque, mais de nombreux facteurs sont à prendre en compte : les gens avec lesquels on fume, la variété fumée, l’état mental préalable, ce qu’on a mangé avant de fumer, etc. Toutes ces choses peuvent jouer dans la montée paranoïaque qui arrive parfois.

Nous ne savons pas vraiment pourquoi cela arrive. Cela peut être causé par un certain nombre de facteurs, comme la personne avec qui vous fumez, la pression que vous fumez, où vous le faites, si votre journée était bonne ou mauvaise, ce que vous avez mangé avant de fumer – il y a d’innombrables choses qui pourraient avoir un effet sur la réaction émotionnelle que vous avez à fumer de l’herbe. Pour certaines personnes, le fait que tout cela soit très récent peut provoquer ce sentiment de paranoïa. La nouveauté de la défonce peut aussi contribuer chez les fumeurs débutants.

7. La perte de la mémoire à court terme

Si tu as déjà fumé de l’herbe, tu sais exactement de quoi je parle : on met ses clés dans la poche et hop ! dans la seconde on oublie qu’elles y sont. 30 minutes plus tard, après avoir fouillé toute la maison… “eh, mais elles sont dans ma poche !”… C’est un effet très commun que beaucoup de stoners rapportent après avoir fumé de l’herbe. La bonne nouvelle, c’est qu’il cesse une fois qu’on retrouve la sobriété. Cependant, les utilisateurs chroniques peuvent subir fréquemment des pertes de mémoire à court terme.

8. La sensibilité accrue

Comme nous l’évoquions précédemment, de nombreux stoners ressentent une augmentation de leurs perceptions sensorielles accrue sous l’influence du cannabis. C’est ils aiment écouter de la musique dans cet état. La sensibilité aux sons, aux couleurs et même aux sensations physiques a tendance à augmenter. Cela pourrait aussi être la raison pour laquelle la libido est elle aussi souvent stimulée par la weed !

La différence entre indica et sativa

Il est probablement utile de mentionner qu’il existe des différences importantes dans les effets des souches indica et sativa. C’est beaucoup plus compliqué que l’idée commune selon laquelle la sativa rend énergique tandis que l’indica assomme.

Autant on peut s’attendre à différents effets entre une indica pure et une pure sativa, mais il y a beaucoup d’autres facteurs en jeu. Une seule plante de cannabis contient des centaines de composés actifs, des terpenoïdes aux cannabinoïdes en passant par les flavonoïdes, et tous ces facteurs affectent le ressentir

Prenons par exemple la Northern Lights. Cette variété est une indica pure et fortement résineuse. Les utilisateurs rapportent détente et euphorie après l’avoir fumée, mais ils ne disent pas qu’elle les endort. Comparons cela à l’Afghan, qui est aussi une indica pure. Les utilisateurs rapportent également un sentiment de détente, mais aussi beaucoup plus de somnolence qu’avec la Northern Lights.

La Durban Poison est une variété sativa populaire. Les utilisateurs rapportent se sentir extrêmement énergiques, exaltés et heureux après l’utilisation. La Super Silver Cheese, une souche très majoritairement sativa, rend les utilisateurs plus détendus qu’énergisés.

La défonce cannabique est-elle psychédélique ?

À quoi ressemble la défonce au cannabis ? - WeedSeedShop

On met parfois le cannabis dans la catégorie des expériences psychédéliques, ce qui peut effrayer ceux qui en fument pour la première fois. Est-ce une expérience psychédélique ou non ? Hélas, la réponse à cette question est compliquée.

Qu’est-ce qui rend une expérience psychédélique ? Il ne s’agit pas simplement de visions colorées ou d’hallucinations. J’aime penser que l’expérience psychédélique se distingue des autres drogues par la sensation de dissociation. Une sorte d’espace se crée entre l’esprit et le corps, donnant le sentiment d’être devenu autre chose.

On est alors en mesure d’observer son esprit et son corps d’un point de vue plus détaché. C’est en quelque sorte ce qui arrive sous l’influence des champignons ou du LSD. Cela n’arrive que rarement avec du cannabis, même si certaines variétés particulièrement puissantes, des sativas en particulier, peuvent le provoquer.

La méthode d’ingestion peut également avoir un effet sur le caractère psychédélique de l’expérience. Pour beaucoup de gens, la consommation de cannabis comestible est une expérience beaucoup plus psychédélique que la fumette. Elle est en tout cas beaucoup plus douce que ce à quoi on peut s’attendre de la part d’une substance comme le LSD, et il est rare d’avoir des hallucinations visuelles ou auditives.

La première défonce

Des choses intéressantes peuvent se produire la première fois qu’on fume de l’herbe, et c’est notamment dû au fait qu’on ne sait pas à quoi s’attendre.

Je connais beaucoup de fumeurs qui la première fois ont dit que la weed n’avait pas vraiment d’effet sur eux. Une explication possible est que ceux qui n’ont aucune idée de ce à quoi s’attendre peuvent projeter trop d’attentes sur la défonce. Si tu es trop concentré sur ce qui pourrait se passer, tu pourrais manquer ce qui se passe réellement, et être déçu.

Certains théorisent que les récepteurs cannabinoïdes dans le cerveau qui n’ont jamais été activés auparavant ont besoin de temps pour accepter pleinement la stimulation par le THC et le CBD, comme s’ils étaient un peu timides au début.

D’autre part, si tu ne sais pas à quoi t’attendre, l’expérience peut être trop puissante, et cela a amené plus d’une personne à renoncer à essayer une deuxième fois.

Une expérience unique à chaque fois

Il est important de se rappeler est que l’expérience de la weed n’a pas de modèle standard. Tant de facteurs différents peuvent affecter la défonce, il est fondamentalement impossible de dire à quoi elle ressemblera.

L’expérience est différente pour tout le monde. C’est l’une des raisons du charme de la plante. Alors que certains se sentent détendus, d’autres se sentent énergisés. Alors que certains se fichent de tout, d’autres font soudain attention au moindre détail.

Un livre entier ne suffirait pas, et de Baudelaire à Fitz Hugh Ludlow, certains auteurs s’y sont essayés. Au final, de la même façon qu’il faut manger une banane pour connaître le goût de la banane, il faut fumer du cannabis pour connaître l’effet du cannabis ! Sois par avance rassuré : personne n’a jamais fait d’overdose avec cette plante.

Avec un coeur et un esprit ouverts, tu pourras vraiment profiter de l’expérience. Pour beaucoup, c’est l’un des meilleurs remèdes de la planète – et pour beaucoup de choses différentes ! Alors, oublie ce qu’on a pu te raconter à l’école sur le cannabis et constate par toi-même !

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Author_profiles-WSS-Sera Jane Ghaly

    Sera Jane Ghaly

    Si je devais me décrire en quelques mots, je dirais que je suis une nomade assoiffée d’aventure. Née à Melbourne en Australie, j’ai vécu de nombreuses renaissances aux quatre coins du monde. Je suis positivement obsédée par les mots et les langues, et je m’en sers pour naviguer au travers des multiples dimensions de l’expérience humaine. Mon intérêt pour le cannabis a commencé aux États-Unis, et depuis je parcours le monde avec l’herbe comme boussole et source d’inspiration. La douce Marie-Jeanne m’a conduite de cérémonies shamaniques dans la forêt amazonienne en rituels enfumés avec des Babas en Inde. Je rêve de fumer un joint avec le podcasteur américain Joe Rogan !
    En savoir plus
Retour haut de page