La famille des Cannabaceae : Le lien entre cannabis et houblon

Beaucoup l’ignorent, mais le cannabis et le houblon ont un ancêtre commun et font partie de la même famille de plantes. C’est logique, non ? Même s’il ne faut pas trop les mélanger, bière et cannabis font tous deux l’objet d’une grande adoration partout sur la planète. Dans cet article, nous parlerons de botanique et de taxonomie pour découvrir les ancêtres communs du houblon et du cannabis.

Comme celle du feu et celle de la relativité générale, la découverte du lien entre houblon et cannabis fait partie des événements importants de l’histoire de l’humanité. Quelle est la propriété des membres de la famille des Cannabaceae qui rend les humains enthousiastes au point d’ouvrir leur porte-monnaie pour eux ? Et où se situe exactement le lien entre le houblon et le cannabis au niveau de l’évolution ?

Une fois qu’on le sait, le lien entre ces deux plantes apparaît dans toute son évidence. L’odeur et le goût d’un bon joint sont incomparables… à l’exception ceux d’une bonne bière. Quant aux mots qui servent à décrire l’arôme d’une bière, ne rappellent-ils pas étrangement ceux dont on use pour une variété de cannabis ? Chacune à sa manière, ces deux substances enivrent l’esprit autant que les sens, et les botanistes pensent savoir pourquoi.

Du houblon au pilon, la distance n’est pas aussi grande qu’on pourrait le croire. Découvrons ensemble la connexion étonnante entre ces deux plantes ayant conquis les palais depuis des temps immémoriaux.

Le rôle des terpènes

Notre intuition de base concernant l’odeur et le goût n’est pas sans fondement. Terreux, citronné, entêtant… Quelqu’un, quelque part, est en train d’utiliser de tels adjectifs pour décrire ce qu’il consomme, et sauf à préciser s’il s’agit d’une bonne mousse ou d’un pétard, on ne le devinerait pas. Il y a une explication à cela : les terpènes.

Tu sais peut-être – ou non – que les terpènes constituent une catégorie de substances chimiques synthétisées par des cellules végétales spécifiques et qu’ils sont responsables du goût et de l’arôme de différentes plantes. Le citron, par exemple, tire son odeur caractéristique d’un composé baptisé limonène, qui est d’ailleurs également présent dans le cannabis. Des chercheurs de l’université de Colombie-Britannique ont identifié près de 30 terpènes différents dans le génome du cannabis, dont le pinène, le myrcène et le linalol.

Les terpènes sont un composant que partagent le houblon et le cannabis. Dans le houblon, on peut également rencontrer des arômes et des saveurs de pinène (odeur de pin) et de myrcène (arôme fruité). Avec près de 150 variétés de houblon et d’innombrables variétés de cannabis, certaines propriétés se chevauchent sûrement. L’odeur de certains houblons peut mystifier quelqu’un les yeux fermés, par exemple celles du Summit et de l’Eureka, dont les arômes sont particulièrement piquants et humides.

Il est intéressant de noter que le goût amer que les bières obtiennent après avoir été infusées avec du houblon n’est pas dû aux terpènes, mais aux terpénoïdes. Les terpénoïdes sont des composés dérivés des terpènes, mais pas des terpènes à part entière. L’humulène, dérivé de l’alpha-humulène, en est un exemple.

Ainsi donc, la prochaine fois que tu dégusteras une bibine au goût particulièrement houblonné, tu sauras quel terpénoïde en est responsable.

La relation entre le houblon et le cannabis du point de vue de la taxonomie

On peut dire sans trop se tromper que la taxonomie n’est pas un sujet dans lequel il faut se lancer après une bière ou un joint. Heureusement, des scientifiques dévoués et sobres ont fait l’essentiel du travail à notre place…

Avant que le houblon et le cannabis ne soient classés par les taxonomistes comme des plantes de la famille des Cannabaceae, ils étaient placés dans celle des Urticales. Mais lorsque des biologistes moléculaires ont commencé à étudier l’expression de l’ADN d’un grand nombre de ces plantes, ils ont constaté que la famille des Urticales ne présentait pratiquement aucune particularité. Il n’y avait aucune similarité d’un ordre quelconque entre elles.

En 2002, des biologistes moléculaires britanniques et américains ont décidé qu’il était temps de mettre fin à la confusion engendrée par leurs prédécesseurs. Ils ont mené à cet effet leurs propres recherches compliquées et inaccessibles à la majorité des mortels. Celles-ci ont en tout cas confirmé que le houblon et le cannabis étaient définitivement liés, au sein de – tu l’as deviné – la famille des Cannabaceae.

La parenté ne s’arrête pas là. En fait, cette petite famille de Cannabaceae appartient à un groupe de plantes encore plus grand, commodément appelé aussi Cannabaceae (d’aucun diront qu’ils ont eu la flemme d’en trouver un autre). Cela signifie que l’ancêtre commun du houblon et du cannabis est également l’ancêtre de nombreuses autres plantes.

On peut donc émettre l’hypothèse un peu folle qu’il existe d’autres plantes qui pourraient nous faire vibrer à la manière du cannabis et du houblon. Mais nous n’avons pas le temps de retracer toute l’histoire génétique de ces deux plantes dans un seul article. Laissons cela aux universitaires.

Le mariage des deux : la bière de cannabis

Si tu as de la suite dans les idées, répondons à la question que tu dois te poser depuis quelques paragraphes : oui, la bière de cannabis existe bel et bien. Il existe de nombreux brasseurs (surtout aux États-Unis) qui expérimentent la belle union de ces deux plantes apparemment destinées à se retrouver quelques millions d’années après leur séparation…

Il existe cependant plusieurs façons de procéder : Le cannabis « brut » peut être infusé dans la bière, ce qui ne ferait qu’en rehausser le goût. Toutefois, si le cannabis est décarboxylé, la bière qui en résulte contiendra du THC.

Aux Pays-Bas, par exemple, on vend de la bière de cannabis dans les supermarchés. Cependant, il s’agit du type non- décarboxylé : Elle ne contient pas de THC. Aux États-Unis, on voit des bières à haute teneur en THC mais sans alcool. Donc, pour l’instant, c’est l’un ou l’autre.

Imagine ce que ça doit faire de siroter une véritable bière au cannabis. Plus besoin de préparer un joint et de le fumer. On entend déjà les mariachis… Mais il faut raison garder : si tu n’as jamais vomi tes tripes aux toilettes après avoir forcé le mélange, nous ne pouvons que t’en féliciter. Sinon, tu sais comment ça peut finir… Néanmoins, consommé de manière responsable, ce produit pourrait littéralement révolutionner la façon dont nous consommons ces deux substances.

Qu’il soit écrit dans les étoiles ou le fruit d’un simple hasard de l’évolution, le lien entre cannabis et houblon ne manque pas de fasciner.  L’union des deux est logique, étant donnés leurs ancêtres commun. Cela explique aussi notre amour pour ces deux plantes !

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

  • Author_profiles-WSS-Sera Jane Ghaly

    Sera Jane Ghaly

    Si je devais me décrire en quelques mots, je dirais que je suis une nomade assoiffée d’aventure. Née à Melbourne en Australie, j’ai vécu de nombreuses renaissances aux quatre coins du monde. Je suis positivement obsédée par les mots et les langues, et je m’en sers pour naviguer au travers des multiples dimensions de l’expérience humaine. Mon intérêt pour le cannabis a commencé aux États-Unis, et depuis je parcours le monde avec l’herbe comme boussole et source d’inspiration. La douce Marie-Jeanne m’a conduite de cérémonies shamaniques dans la forêt amazonienne en rituels enfumés avec des Babas en Inde.
    En savoir plus
Retour haut de page